Mode lecture icon print Imprimer

Choisir la ville capitale: un choix culturel

icone auteur icone calendrier 19 janvier 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Au début du mois de janvier, s’est développée une campagne de publicité à la mode. Elle consiste à coller les affiches les plus grandes possible (sur les panneaux publicitaires prévus à cet effet bien sûr !), au contenu énigmatique que le promeneur chaland ne comprend que bien plus tard après la première lecture (s’il comprend !). On pouvait lire sur fond rouge «La Suisse élit une nouvelle capitale» avec les blasons de quatre villes: Zurich, Berne, Bâle et Genève. Ce slogan était accompagné d’annonces telles que: pour Zurich, «La capitale économique doit être la capitale» ou, pour Genève, «La capitale du monde doit être la capitale»; le reste à l’avenant! Finalement le résultat du vote (sic !) qui se faisait par SMS est le suivant:

  1. Bâle        42.4%
  2. Zurich     41.9%
  3. Berne      12.7%
  4. Genève     2.9%

Ont participé à ce show publicitaire dit moderne:

  • Le groupe Affichage, se disant leader de la publicité extérieure en Suisse, dont la société d’affiches SGA fait partie.
  • L’agence de publicité zurichoise Publicis.
  • Le magazine Surprise, distribué dans les rues de la ville gagnante, auquel Affichage a fait don du produit net des votes SMS.

Il est aussi possible de lire sur le site de cette aventure des extraits de la presse et des blogs sur cette campagne. Une lecture édifiante et accablante.

Dans tout ce fatras, rien ! Le vide sidéral sur l’essentiel: la culture.

C’est par sa fonction culturelle que se définit également une véritable capitale; fonction dont la valeur est surtout qualitative et qui ne dépend pas de la présence de centres de pouvoir, généralement bureaucratiques; ni d’une prédominance démographique, économique, comme pour Zurich et Bâle; ou administrative dans le cas de Berne, politico-internationale pour Genève. Ni même de quelque uniformité ou cohérence, fussent-elles ethniques ou de population: Suisse alémanique, romande, italienne ou romanche. On peut évidemment y retrouver ces différents éléments mais, quand bien même ils seraient réunis, ils ne suffisent pas à qualifier une ville de «capitale».

En Suisse, si les critères relevant de la culture devaient guider le choix d’une capitale, aucune des villes prises en compte par les publicistes, déficitaires en la matière, ne pourraient être choisies. Il faudrait sans doute élargir le choix à Lucerne, Lausanne, Lugano, etc., mais cela ne suffirait pas.

Devant la fragilité culturelle des villes de ce pays, on pourrait envisager le retour aux origines, une rotation de la fonction de ville capitale: tous les quatre ans, on change !

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9394
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9394 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.