Mode lecture icon print Imprimer

Erasmus : La Suisse fête en silence les études sans frontières

icone auteur icone calendrier 15 décembre 2006 icone PDF DP 

Thématiques

L’Europe va célébrer en 2007 le vingtième anniversaire d’Erasmus, le programme qui fait voyager les étudiants d’un pays à l’autre de l’Union. L’auberge espagnole, titre du film de Cédric Klapisch tourné en 2002 à la gloire des échanges post-grades, marche à plein régime. Le nombre d’universitaires en route augmente d’année en année. Ils étaient un peu plus de 3 000 en 1987, ils sont 150 000 de nos jours. Jusqu’à aujourd’hui, au total,  ils ont été 1 370 000 à choisir de se perfectionner dans une école étrangère pendant six à sept mois.

Allemands, Français et Espagnols mènent le peloton des transfuges dispersés dans neuf universités sur dix du vieux continent qui balisent le va-et-vient de cerveaux en quête d’excellence. On part d’abord pour apprendre une autre langue, ensuite pour peaufiner son bagage en sociologie, sciences politiques ou psychologie, puis pour fréquenter architecture et urbanisme des voisins. Malheureusement, les étudiants estampillés Erasmus n’ont pas davantage de chances de trouver un emploi lorsqu’ils rentrent chez eux. En revanche, une fois embauchés, ils gagnent rapidement mieux leur vie. Souples, à l’affût d’expériences nouvelles, prêts à déménager pour travailler, ils montrent plus que tout autre un attachement sans faille au projet communautaire.

Dans la déferlante de manifestations, de souvenirs, d’études et de chiffres disséminés ici et là en l’honneur du programme, la Suisse passe inaperçue. «C’est les Bermudes !», s’exclame François Brutsch depuis son blog. Tandis qu’elle avoue à peine sa participation, négociée et ratifiée depuis 1991, elle sombre dans «un trou noir statistique». On sait tout du Liechtenstein (26 sortants et 17 entrants), de l’Islande (199 -253) ou de la Turquie (1 142 – 299). Mais rien, ou si peu, de la Suisse. Même si en fouillant entre web et documents officiels, le blogeur finit par trouver le solde pour la période 2004/2005 : 1 885 sortants et 2 004 entrants. Quantité modeste, cependant non négligeable. Pourtant, négligée. Et François Brutsch de conclure: «Résultat des contradictions de la politique européenne en solitaire de la Suisse. Qui participe à Erasmus parce que c’est son intérêt, mais de manière “silencieuse”: en n’ayant pas voix au chapitre et en prenant à sa charge tous les frais [les activités suisses sont financées en totalité par la Confédération et les bourses d’études ou les frais de voyage d’enseignants sont pris en charge par les universités, ndlr]. Car la Suisse est véritablement dans le quatrième cercle : elle n’est pas membre de l’UE ; elle n’est pas membre de l’Espace économique européen (comme le sont le Liechtenstein, l’Islande et la Norvège) ; et elle n’a pas même l’étrange statut de candidat à l’adhésion qui permet à la Turquie, elle, d’être membre de plein droit d’Erasmus.»

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9365
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9365 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.