Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Faire de la vie privée un débat public

Les
nouvelles technologies diminuent de jour en jour la place de la sphère
privée. Une étude européenne fait de ce sentiment un risque bien réel,
trop souvent négligé par les autorités politiques.

On a tendance à négliger la protection de la vie privée. Ce bien
précieux est pourtant menacé par le développement rapide des
technologies de l’information et de la communication (TIC). Ce constat
n’émane pas d’un fan-club de George Orwell mais figure dans les
conclusions d’une étude d’experts européens publiée sous l’égide de
l’European Parliamentary Technology Assessment (EPTA).

L’étude (voir encadré) porte sur les dangers actuels et potentiels des
nouvelles technologies pour la protection de la sphère privée, que les
Anglo-Saxons appellent «privacy». Les dangers sont bien sûr là où on
les perçoit. Les enjeux de sécurité permettent de justifier des mesures
pouvant porter atteinte à la vie privée. Les débats récurrents sur la
vidéosurveillance des rues ou des écoles témoignent que la protection
de l’individu n’a pas forcément le vent en poupe. Mais nous laissons
aussi nombre de traces sans nous en rendre compte. Même placé dans la
relative intimité de son domicile, l’ordinateur livre quantité de
données sur son utilisateur. Les activités d’un individu ne sont plus
décomposées. Pour surveiller un camarade, un agent de la Stasi devait
le suivre au magasin, puis au cinéma, puis à la banque et se
débrouiller pour intercepter son courrier. L’affaire est nettement plus
simple quant toutes ces informations transitent par un seul et même
ordinateur individuel, cousin du télécran de 1984.


La photo portable

Les nouvelles politiques publiques sont également demandeuses en
données personnelles. L’exigence d’efficacité du secteur public se fait
parfois au détriment de la sphère privée. L’Etat n’est de loin pas le
seul abuseur potentiel de données privées. Ces éléments sont devenus
une ressource économique importante pour les entreprises. Les cartes de
fidélité des grandes surfaces sont des sources d’information sans fin.
Ces technologies se développent rapidement sans que les autorités
politiques n’appréhendent leurs effets sur la vie privée. Ainsi,
personne ne paraît avoir prévu l’explosion des téléphones portables
avec appareil photo et de leur utilisation potentielle. Que se
passera-t-il lorsque chacun disposera d’un appareil permettant
d’enregistrer et de stocker des durées infinies de sons et d’images ?
Le débat public doit être capable d’anticiper ces phénomènes.

La technique permet aussi le développement de systèmes améliorant la
protection de la sphère privée. Mais ces services ont tendance à rendre
l’utilisation des moyens de communication plus compliquée et plus
chère, ce qui est décourageant. Personne ne songe pour l’instant à
crypter son courrier électronique.

Le rapport ne peint pas le diable sur la muraille. Toutes les données
touchant à la vie privée ne sont pas détournées. De cas en cas, il faut
faire une balance des intérêts entre l’exposition potentielle de la
sphère privée et sa protection. La vie privée fait l’objet d’une bonne
protection juridique. Las, si l’on n’est pas suffisamment attentif à
son respect, la loi peut rester lettre morte. Le rapport déplore la
tendance actuelle qui confond «surveillance» et «sécurité». Il
préconise aussi un renforcement des organes indépendants de
surveillance.

La vigilance est donc de mise. Il y a 17 ans, en pleine affaire des
fiches, la gauche était à la pointe du combat pour la protection de la
vie privée. Il est temps de reprendre ce flambeau.   

ad

Les technologies sous surveillance

Ce rapport est le premier publié par le réseau européen de services
parlementaires qui s’occupent de l’évaluation des choix technologiques
(EPTA). Fondé en 1990, ce réseau sert à échanger des informations et
des idées. Le centre suisse d’évaluation des choix technologiques,
«TA-Swiss», a participé à l’élaboration de ce document. Au niveau
national, cet organisme est chargé d’examiner les effets des nouvelles
technologies sur la société et l’économie. Il est un centre associé du
Conseil suisse de la science et de la technologie, organe consultatif
du Conseil fédéral.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9331
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9331 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP