Mode lecture icon print Imprimer

Centrale de distribution de Coop à Aclens : Les rondes des hommes à roulettes

Le
nouveau centre de distribution du deuxième détaillant du pays tourne à
plein régime sur la Plaine d’Aclens, dans le canton de Vaud. Visite
guidée du bâtiment où des centaines d’employés aiguillent les produits
vers les magasins de toute la Suisse romande.

icone auteur icone calendrier 27 octobre 2006 icone PDF DP 

Thématiques

Les halles balisent un immense terrain de jeu. Quelques photos de
paysages verdoyants fissurent le béton encore frais. Hommes et femmes
déplacent, poussent, tirent chariots et palettes. Ils chevauchent des
mobylettes supersoniques. Ils se croisent, s’évitent, se frôlent. C’est
une play station en chair et en os. La circulation vire à l’anarchie,
sans queue ni tête.

Cependant chacun suit un chemin virtuel, va-et-vient selon un plan
invisible. Une géographie précise se dégage peu à peu du chaos. Chips,
fromages, biscuits passent ainsi sans faute du secteur fournisseurs aux
quais d’expédition via des couloirs de triage qui repartissent les
commandes à destination des points de vente. Les camions, plaqués aux
goulets du hangar, avalent les marchandises, prêts à partir repus vers
160 magasins dispersés entre Fribourg, Genève, Valais et Vaud. Les
compartiments de la centrale s’animent à tour de rôle au cours de la
journée. Fruits et légumes tôt le matin. Pain et pâtisseries peu après.
Puis c’est l’heure de la viande, du fromage, du lait. Pour finir avec
les articles non périssables, des pâtes aux lessives, des céréales aux
boissons, des parfums aux chaussettes. Avant de tout recommencer. La
kermesse s’arrête seulement la nuit du samedi au dimanche. Fraîcheur
des denrées et respect des délais ordonnent le débit des produits sept
jours sur sept, en direction d’une petite Coop de montagne ou d’un
hypermarché d’agglomération.

Centraliser, baisser les prix

Depuis 2001, il y a une seule Coop, au lieu des seize sociétés
régionales qui constituaient auparavant la coopérative. Du coup, on
peut repenser la gestion des transports et des stocks. Une nouvelle
stratégie neutralise l’éparpillement d’antan. Aclens, à deux pas de
Bussigny et de Vufflens-la-Ville, remplace les sept centres de
distributions romands, à l’exception de La Chaux-de-Fonds, qui continue
de ravitailler les détaillants de Neuchâtel et du Jura, et de Givisiez,
dans le canton de Fribourg, transformé en congélateur géant pour les
surgelés. L’opération simplifie l’approvisionnement et vise une
réduction des coûts de 10 à 20% sur cent millions de francs annuels
consacrés à la logistique. Cette restructuration tourne à l’avantage
des consommateurs, assure Guy Théoduloz, directeur de la centrale. Les
investissements du groupe, issus des marges souvent décriées, feront
enfin le bonheur des ménages.

La pression écologique

Le bâtiment domine la zone industrielle du Moulin-du-Choc. Sur une
parcelle achetée dans les années soixante et laissée en friche pendant
quarante ans, une cathédrale profane sort de terre, grande comme quatre
terrains de football (25 000 mètres carrés), et aussi volumineuse que
300 piscines olympiques (340 000 mètres cubes). On a même déplacé un
étang au nom de la faune et de la flore en danger et transformé
l’ensemble en Parc Naturel dûment certifié.

Tout autour, les camions vont et viennent au fil de la Venoge, maîtres
de l’unique route disponible, déjà asphyxiée par une circulation
obstinée. Le choix d’Aclens multiplie les kilomètres parcourus pour
livrer les magasins entre Genève, le Val d’Anniviers, la Gruyère et le
lac de Neuchâtel. Il est question de construire un deuxième accès,
reliant le site à l’autoroute. Le directeur soupire quand il en parle.
Il ne sera probablement plus à Aclens lors de sa réalisation. Pour
l’heure, on se débrouille.

En revanche, la centrale devrait traiter et recycler 10 000 tonnes de
déchets par an rapatriés par le chemin de fer au rythme de trente
wagons quotidiens. Sans parler des économies d’énergies d’ores et déjà
comptabilisées via la réduction des centres de distribution et quelques
trouvailles technologiques. A l’image des fours de la boulangerie et de
la chaleur récupérées sur le système de réfrigération qui chauffent air
et eau de l’immeuble. Ou des véhicules nettoyés avec la pluie tombée
des toitures dans un silo d’un million de litres.

Le facteur humain

La fermeture des centres cantonaux a bouleversé la vie de 750 salariés
dont plus de la moitié a accepté la nouvelle affectation. Les autres
sont restés chez Coop, mais dans un autre rayon, ou sont partis à la
retraite anticipée ou ont quitté la maison. Les communes concernées et
le syndicat ont participé au grand chambardement, sans trop de douleur
et «sans licenciements» garantit Guy Théoduloz.

Aujourd’hui 540 personnes travaillent à Aclens. Quatre sur dix sont
étrangers. La majorité remplit et vide des centaines de containers à la
queue leu leu et des milliers de caissettes empilés à la manière d’un
lego gigantesque. Il faut satisfaire les commandes et les besoins en
marchandises qui varient d’un magasin à l’autre. Le global, la
centrale, épouse le local, les besoins périphériques sans règles fixes
des points de vente. Automate et robot peuvent attendre, trop rigides,
bons pour une tâche à répétition. Les flux tendus, la diversité des
produits, les habitudes des clients exigent la souplesse, le travail
fastidieux, non qualifié, d’hommes et de femmes, irremplaçables. Qui se
dressent parfois sur des engins fantastiques quand ils soulèvent,
convoient, empilent salades, saucissons, forêts noirs, détergents pour
toute la Suisse romande.   

md

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9289
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9289 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.