Mode lecture icon print Imprimer

Edito : Démocratie cyber-directe

icone auteur icone calendrier 27 octobre 2006 icone PDF DP 

Thématiques

L’ordinateur
personnel a 25 ans, Google moins de 15 ans, l’iPod cinq ans tout juste.
Trois avancées dont on peut, dans la Suisse hyperbranchée et
superdémocratique, mesurer les effets sur la vie et les pratiques
politiques. Aux élections nationales de 2003, il était de bon ton
d’avoir son site perso. En vue de 2007, le blog s’impose. Les candidats
vont quotidiennement à la rencontre virtuelle des électeurs. Les uns et
les autres peuvent – s’ils le veulent – consacrer des heures à
produire, consommer ou échanger des textes et des images, à «réseauter»
et surfer en tous sens, en utilisant cette vaste agora qu’est devenu
Internet. Les partis et les candidats émettent désormais davantage de
courriels que d’imprimés et s’acharnent à développer et mettre à jour
leurs sites, dont ils soignent en principe les visiteurs-consommateurs
comme de véritables clients.

Le tout s’appelle démocratie participative, par la grâce du libre accès
généralisé et de l’interactivité possible. Technologie et virtualité
font que le support micro-informatique et l’architecture du site
déterminent non seulement la présentation et le style du message mais
aussi, indirectement, sa teneur. En politique comme en publicité,
l’annonce n’a qu’un instant pour attirer et retenir l’attention de ses
destinataires. Un site doit donner à chacun de ses hôtes l’envie d’y
rester et le sentiment de s’y déplacer avec toute la liberté
souhaitable et tout l’accompagnement nécessaire. Une performance, digne
des meilleurs architectes et concepteurs de sites, qui visent
l’efficacité esthétique sans toujours la mettre au service du contenu.

Nous voilà donc parvenus en libre accès à cette «contre-démocratie»
décrite par Pierre Rosanvallon. Régime marqué par une défiance
croissante à l’égard des personnes et des idées politiques, par une
volonté de casser tous les échelons – notamment parlementaires – entre
la base populaire et le sommet gouvernemental. Il s’agit d’avoir un
accès immédiat aux candidats et aux élus au plus haut niveau. Par
exemple depuis son ordinateur à domicile ou au sein de ces «jurys de
citoyens» habilement revendiqués par la présidentiable socialiste
Ségolène Royal, dont le site interactif illustre à merveille la
démocratie directe façon «web & blog».

Le démarrage difficile de www.monelection.ch
lancé il y a deux semaines par la RSR montre que les candidats romands
de la volée 2007 n’ont pas encore tous la fibre bloggeuse. Mais gageons
qu’avec leur entrée en campagne dans les mois à venir ils apprendront à
maîtriser le plus favorable rapport entre le contenant qui détermine et
le contenu qui en dépend.   

yj

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9282
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9282 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.