Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Anniversaire : Critique et libertaire, l’apport des Editions d’En bas

Les
Editions d’En bas ont trente ans (1976-2006). Bel anniversaire, quand
on connaît les difficultés de l’édition en Suisse romande, les tirages
modestes, les ventes parfois limitées à quelques centaines
d’exemplaires. Bel anniversaire quand on parcourt le catalogue
chronologique de plusieurs centaines de titres, douze par années. Les
éditeurs s’offrent et nous offrent en cadeau un ouvrage consacré à leur
entreprise : 1976-2006. Luttes au pied de la lettre.

Sans archive

En 1976, Michel Glardon crée les Editions d’En bas, bien avant qu’un
ministre français ne galvaude la formule prétendant parler au nom de la
France d’en bas pour mieux gouverner au profit de la France d’en haut.
La Suisse vit une des plus fortes crises économiques de son histoire
d’après-guerre. Non seulement le chômage augmente dans des proportions
jusqu’ici inconnues, mais surtout la Suisse fait jouer à fond l’inique
statut de saisonnier : tout travailleur immigré renvoyé dans son pays
est un chômeur en moins !

Dans ces circonstances difficiles, Michel Glardon lance son entreprise
éditoriale. Comment ? avec qui ? qui faisait quoi ? Pour y répondre,
pas de procès-verbal, pas d’archives. Les souvenirs des premiers
compagnons sont lacunaires. Aussi on ne trouvera pas dans l’ouvrage
anniversaire une histoire complète, documentée, personnalisée, des
éditions. Très vite, les repérages essentiels sont donnés par les
livres édités. En 1976, L’assistance des pauvres au Moyen-Age dans le
Pays de Vaud, réédition de la thèse (1926) de Alice Briod et, en 1977,
L’Enquête sur le paupérisme en 1840 dans le canton de Vaud révèlent
l’intention première et fondamentale de «rendre leur mémoire» à ceux
qui en ont été privés, les «sans histoire». Et, du même élan, donner un
support à ceux qui peuvent prendre la parole au présent, La Redresse
d’Arthur Honegger, traduit de l’allemand par Gilbert Musy.

L’histoire archivée des éditions commence donc au moment où la
spontanéité, le bénévolat, doit se professionnaliser partiellement
(choix des manuscrits, relecture, expédition, comptabilité), et jouer
avec l’évolution si rapide dans les années huitante du matériel de
composition, rendant possible un travail à la fois artisanal et de
qualité professionnelle.

Michel Glardon seul aurait pu écrire l’histoire de son entreprise. Trop
plongé dans l’action et trop collectif pour s’y arrêter. Il est décédé
en 2003. Ses amis et continuateurs, fidèles à ce qu’il a été, n’ont pas
voulu lui consacrer un hommage exclusivement personnalisé. Mais le
livre anniversaire est tout imprégné de sa présence.

Ceux d’en bas

Le parti pris des sujets choisis (prisons, prostitution, drogue)
pourrait attirer cette critique que la société est l’objet d’une
lecture semblable à celle qu’en a fait Victor Hugo dans Les Misérables.
Il y aurait ainsi une vision misérabiliste de la société. L’évolution
réelle (économique, sociale) se jouerait sur d’autres scènes que celles
que révèlent ceux qu’on désigne comme des marginaux.

Les Editions d’En bas répondent à cette critique fondamentale par la
place qu’elles ont faite à l’histoire. Toute société pour son
fonctionnement a besoin de développer une idéologie de l’autorité. Le
propre de cette idéologie est de légitimer le rejet (en marge) de ceux
qui ne s’y soumettent pas. L’illusion que la société contemporaine
cherche à créer est celle d’un dépassement de l’autoritarisme
d’autrefois. Le bagne a été aboli. Mais pas les prisons (surpeuplées),
ni les pauvres (pour parler à la Victor Hugo).

La procédure pour l’examen des demandes des requérants d’asile a
inventé la formule «non entrée en matière». Elle désigne désormais des
êtres vivants. Il y a des Nems. Mais il n’y a pas des Nems qu’aux
postes frontières. Il y a aussi des concitoyens Nems. Et des
concitoyennes si l’on se réfère aux inégalités liées à la condition
féminine.

En tant que phénomène social, les marginaux ne sont pas en marge de
l’histoire. Ils sont les rejets du fonctionnement de l’Autorité. Leur
donner la parole ou parler d’eux, ce n’est pas simplement faire du
social, c’est exercer une critique d’inspiration libertaire. En trente
ans, les Editions d’En bas ont tenu ce rôle.   

ag

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9274
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9274 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP