Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La bonne diction médiatique du Conseil fédéral

Le
débat politique mérite mieux que l’affrontement bruyant de deux
adversaires irréductibles ou les gros plans de ministres débitant les
arguments du gouvernement. Il est temps d’imaginer des émissions avec
contradicteurs échappant aux excès spectaculaires.

C’est tellement désuet que cela en est devenu folklorique : le message
radiotélévisé du Conseil fédéral avant les votations fédérales. Le
préposé à cet exercice lit un argumentaire qu’ont préparé les services.
Si le mot d’ordre correspond à sa conviction, il s’applique, il met le
ton. Mais lorsqu’il doit plaider, collégialité oblige, contre sa
position personnelle et celle de son parti, il donne à sa voix une
distance ; il fait comprendre qu’il exécute une corvée pénible. Il y a
trente ans que cela dure. Folklorique ? Disons plutôt ringard.

Certes le Conseil fédéral ne réquisitionne pas les médias. Sur quelle
base légale le ferait-il ? Mais, selon un arrangement jamais remis en
cause, il s’est arrogé le droit de dire à la veille des votations quel
est le bon choix sans être contredit (dans le bulletin d’information
distribué tout ménage, la parole est donnée aussi, plus succinctement,
à ceux qui défendent une thèse opposée). Pendant quelques minutes, les
médias «cèdent l’antenne». Eux, qui si farouchement défendent et
affirment leur indépendance à l’égard du pouvoir politique, acceptent,
deux ou trois fois par année, une expropriation temporaire.

Les émissions politiques

Autant la radio est souple, pouvant multiplier jusqu’à satiété débats,
forums, interviews, autant la télévision est rigide, du moins pour les
émissions en prime time. Ses exigences sont peu compatibles avec le
débat politique : casser la langue de bois, éviter la bataille sur les
chiffres ou les détails juridiques, susciter l’affrontement où
s’expriment les tempéraments, faire, sinon du spectacle, du moins du
théâtre où les participants acteurs jouent leur rôle.

Un conseiller fédéral peut ne pas être doué pour le théâtre médiatique,
même si l’on n’arrive pas à ce niveau de fonction sans de fortes
qualités de présence et de parole. Va-t-il alors demander que
l’émission soit, pour lui, adaptée ? Exigera-t-il et négociera-t-il du
sur-mesure ? Si le producteur de l’émission entre en matière, il aliène
une part de cette indépendance qu’il aime tant proclamer.

Et très vite on observera cette dérive : l’homme politique flanqué d’un
conseiller en communication qui le «briefe» et qui négocie avec les
producteurs lesquels ensuite cherchent à le piéger (voir les
mésaventures de Dominique Strauss-Kahn, Le Monde TV-Radio du 18
septembre).

Or un conseiller fédéral, par respect pour sa fonction, mérite certains
égards. Mais lesquels si l’on refuse qu’il puisse négocier sa
participation ?

Le fait qu’il soit réduit à tenir deux rôles : celui, dépersonnalisant,
du lecteur de l’argumentaire officiel ou celui de premier rôle dans une
émission de politique théâtre est révélateur du malaise.

Quelques sages

En réalité, les possibilités d’intervention sont multiples si l’on
estime légitime qu’un conseiller fédéral ait l’occasion d’exposer sa
politique, et celle du collège, tout en étant soumis à contradiction.

Une petite commission de sages du monde des médias et de la politique
pourrait en faire l’inventaire, le point de départ et de convergence
des travaux étant la suppression de la «réquisition de l’antenne» à la
veille des votations.

Il y a d’abord toutes les possibilités déjà pratiquées qu’offrent le
journal et les infos. Facile d’y glisser une interview d’une durée plus
ou moins longue. Il est possible aussi d’utiliser une émission comme
Mise au point qui prévoit, dans une de ses séquences, une interview
pointue. On pourrait imaginer encore que soit créée une émission
régulière où les politiques (conseillers fédéraux ou conseillers
d’Etat) présentent leur travail et se soumettent à la critique. Le
problème est principalement celui de la télévision. La radio a pour
elle la souplesse, la rapidité de réaction facilitée encore par l’usage
du natel, la multiplicité des plages de bonne écoute (matin, midi, 18
heures), alors que la TV est avare de ses heures de grande audience,
gardant toujours, publicité oblige, un œil sur l’audimat.

L’interdépendance des pouvoirs, le médiatique et le politique, justifie
aujourd’hui un libre réexamen. Le statu quo n’est plus
défendable.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9243
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9243 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP