Mode lecture icon print Imprimer

Croissance urbaine : Zurich, la fin et les moyens d’une métropole

Unique
métropole de Suisse, Zurich fait de gros efforts pour tenir son rang. A
cette fin, l’aménagement des rives des voies ferroviaires représente un
enjeu important, même si la votation semble gagnée d’avance.

icone auteur icone calendrier 15 septembre 2006 icone PDF DP 

Thématiques

En plein Zurich, à proximité immédiate du lieu le mieux branché sur les
réseaux de transports collectifs et de la gare la plus fréquentée de
Suisse, avec ses 300 000 usagers quotidiens, subsistent toutes sortes
de bâtiments et installations dont leurs propriétaires, les CFF et La
Poste, n’ont plus besoin et qu’ils cherchent depuis longtemps à
valoriser. Voilà une trentaine d’années que les projets se succèdent en
vain, alimentant un débat que n’a pas totalement apaisé le Règlement
des constructions et des zones élaboré dans les années nonante par la
directrice des travaux d’alors, Ursula Koch. Les Zurichois gardent le
souvenir traumatisant du fameux projet «HB Südwest/Eurogate» (1988) une
coproduction mégalo de la Ville, des CFF et de l’UBS notamment, qui ne
prévoyait rien moins que la couverture sur des centaines de mètres des
25 à 30 voies de chemin de fer desservant en surface la gare principale
(HB) de la métropole.

Sans commune mesure avec cette folle idée, habilement intitulé
«Stadtraum HB Zürich», le projet soumis aux citoyennes et citoyens de
la ville le 24 septembre fait relativement modeste. Et pourtant, il
prévoit la restructuration et la densification de quelque huit
hectares, principalement sur la rive méridionale des voies. En trois
étapes, dont la première devrait commencer dès 2008 et les suivantes en
2012 et 2015, les promoteurs – qui restent à trouver – pourraient
valoriser au maximum 320 000 mètres carrés de surface utile. Les
immeubles, qui ne dépasseront pas les vingt mètres de haut usuels dans
le voisinage, abriteront des logements pour 1 000 à 1 200 habitants,
des locaux commerciaux et administratifs représentant environ 6 000
emplois ainsi qu’une Haute école pédagogique en mesure d’accueillir
quelque 2 000 futurs enseignants. Sans compter 700 places de parking,
des espaces publics généreux, en bonne partie réservés aux piétons (y
compris une passerelle par-dessus les voies ferroviaires) ainsi que des
allées plantées d’arbres reliant les différents parcs aménagés selon
les principes de l’entreprise municipale qui s’appelle «Grün Stadt
Zürich
».

L’unanimité du parlement

Le tout, dûment annoncé et commenté depuis l’automne 2004, a fait
l’unanimité des 114 élus présents au parlement de la ville le 18
janvier dernier, ce qui n’a pas découragé un petit comité référendaire
de récolter 6 000 signatures (4 000 étaient alors encore exigibles,
tandis que 2 000 paraphes suffisent désormais pour lancer un référendum
dans une ville qui compte plus de 210 000 citoyens actifs). Le
président socialiste de la ville, Elmar Ledergerber, lui-même ancien
directeur des travaux, s’affiche serein : le plan d’affectation privé
«Stadtraum HB» va passer haut la main le cap de la votation populaire,
comme le préconise un Comité interpartis réunissant des élus de toutes
les formations politiques, à l’exception des plus extrêmes (Gauche
Alternative et Démocrates suisses). Les socialistes de l’arrondissement
voisin (quatre) ont décidé de soutenir expressément le projet, malgré
les risques évidents de gentrification qu’il représente, tandis que les
socialistes de la ville entière n’ont pas même fait semblant
d’organiser un débat contradictoire avant de se prononcer eux aussi à
l’unanimité en faveur du projet.

Le retour en ville

Il faut dire que la création d’un «morceau de ville» s’inscrit
parfaitement dans le mouvement de retour en ville – des habitants comme
des emplois – que la Municipalité de Zurich n’observe pas seulement
avec plaisir mais aussi, depuis plusieurs années, encourage avec
détermination. Et avec des résultats significatifs. Après avoir diminué
constamment depuis le début des années septante, la population
résidente s’est stabilisée aux approches de 360 000 vers la fin du
siècle dernier ; depuis 2000, elle augmente bon an mal an de 1000 à
1500 habitants, atteignant la barre des 370 000 à fin juin dernier. Et
le boom de la construction de logements sur les bords de la Limmat
laisse bien augurer de la suite (cf. Zurich : Succès d’une politique du logement , Yvette Jaggi (yj), DP n°1690, du 26 Mai 2006). Plus
spectaculaire encore : entre le milieu de 2005 et celui de 2006, la
surface des bureaux disponibles en ville de Zurich a diminué de plus
d’un quart, passant de 480 000 à 350 000 mètres carrés.

De projets en initiatives, avec des succès inégaux mais dans l’ensemble
convaincants, Zurich s’équipe et se développe. Comme elle en a la forte
volonté, elle sait trouver les moyens nécessaires pour améliorer
continuellement sa position sur la carte des métropoles européennes.
Pour son propre avantage certainement et au profit de tout le pays,
sans doute.   

yj

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9214
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9214 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.