Mode lecture icon print Imprimer

Mobilité : Les enfants en route

Le
sociologue Daniel Sauter, mandaté par l’Office fédéral du sport, a
analysé les déplacements des enfants et des adolescents sur la base des
données des microrecensements sur les transports 1994 et 2000 (MRT).

icone auteur icone calendrier 25 août 2006 icone PDF DP 

Thématiques

L’analyse a porté sur les données de respectivement 2 854 et 4 465
écoliers et jeunes en formation de 6 à 20 ans. Elle a traité les
déplacements scolaires, mais aussi les déplacements de loisirs, pour
lesquels on ne disposait jusqu’ici que de très peu d’informations. Le
mandat de recherche était lié aux préoccupations concernant le manque
d’exercice chez les jeunes et les divers problèmes qui en découlent.

Déplacements de loisirs : autant que pour l’école

L’école et les loisirs représentent la majorité des déplacements des
jeunes de 6 à 15 ans : plus de 40% chacun. Cette information est
importante : elle montre que les enfants sont loin de se déplacer
uniquement dans le cadre scolaire, et qu’il faudrait en tenir compte
notamment pour les mesures de sécurisation à prendre.

Les principales formes de loisirs des jeunes sont – selon les
catégories types du recensement : le sport, les activités culturelles
et la visite de connaissances. A noter : le recensement étant centré
sur les déplacements vers un but, les «activités de mouvement», en
particulier tous les déplacements des enfants dans le cadre de leurs
jeux d’extérieur, sont malheureusement absents de l’analyse.

Importance de la marche et du vélo

La majorité des déplacements sont courts (mais tendent à augmenter) :
deux tiers des écoliers de primaire les effectuent en moins de 10
minutes, pour des distances qui sont également courtes, 3/4 des
écoliers de primaire vivant à moins d’un kilomètre de leur école. Dans
le cadre de l’école obligatoire, la majorité des enfants rentrent à
midi et effectuent quatre trajets par jour.

Au niveau de l’école obligatoire, la majorité des déplacements
s’effectuent à pied et à vélo : surtout à pied chez les petits (près
des 3/4 des 6-9 ans, 60% des 10-12 ans, 30% des 13-15 ans), la part du
vélo augmente avec l’âge.

Accompagnement des enfants

La moyenne suisse des jeunes enfants amenés en voiture est d’un peu
plus de 8%, avec une variation selon les régions linguistiques ; elle
est plus élevée en Suisse romande, pour des trajets le plus souvent
courts – 6-9 ans : la moitié inférieurs à un kilomètre, en moyenne la
moitié moins de 3 kilomètres, soit des distances idéales pour la marche
et le vélo.

Le recensement ne comporte pas de questions concernant l’accompagnement
en général. D’autres études montrent qu’il peut être important
concernant les plus jeunes : dans les villes, près d’un tiers des
enfants de 5-7 ans sont accompagnés régulièrement, pour des raisons de
sécurité. Quand l’itinéraire comporte une rue très fréquentée, la part
d’accompagnement augmente significativement.

Peu de différences ville-campagne

L’influence du degré d’urbanisation sur le choix modal est –
étonnamment – faible : à la campagne et dans les communes
d’agglomération les distances parcourues à pied ou à vélo sont un peu
plus grandes, mais, contrairement à ce qu’on croit souvent, on observe
peu de différence entre ville et campagne pour les déplacements en
voiture. Une exception : les communes d’agglomération, avec une part de
14% d’accompagnement en voiture concernant les petits.

Vélo en diminution, voiture en augmentation

Entre 1994 et 2000, la part des déplacements à pied est restée stable,
par contre le vélo a diminué et la voiture augmenté. Cette augmentation
des déplacements motorisés s’observe partout, mais plus en Suisse
romande qu’en Suisse alémanique. Les éventuels effets des actions
entreprises ces dernières années en faveur du vélo ne seront
observables que dans le MRT 2005.

Créer (ou préserver) les conditions favorables à la marche et au vélo

Comparativement à d’autres pays européens, les jeunes Suisses se
déplacent encore beaucoup à pied et à vélo. Pour préserver cette
situation, il est essentiel selon l’auteur – pour des raisons sociales
et de santé – de promouvoir un urbanisme des courtes distances, qui
favorise le recours à ces modes, et de mettre en place les conditions
permettant aux enfants de se déplacer de manière autonome et en
sécurité.

Promotion d’une «culturede la mobilité»

Il faudrait pouvoir renoncer très tôt à véhiculer les enfants, plus
tard il est difficile de changer et cela demande plus d’efforts. Il
serait aussi essentiel de promouvoir une image positive de la marche et
du vélo, de manière à ce que les enfants et les jeunes choisissent
encore ces modes même une fois atteint l’âge d’avoir accès à des modes
motorisé s: c’est l’importance de ce qu’il appelle «la biographie de la
mobilité».

Dominique von der Mühll

L’article a été repris du bulletin de Rue de l’Avenir 2/2006.

Le rapport «Mobilität von Kindern und Jugendlichen» (en allemand) peut être téléchargé sur le site de Rue de l’Avenir.

Rue de l’Avenir a pour objectifs principaux :

  • de promouvoir l’écomobilité en favorisant les moyens de déplacement compatibles avec les impératifs environnementaux ;
  • d’améliorer la sécurité des déplacements des usagers de la rue
    les plus exposés (piétons, cyclistes, enfants, personnes âgées et/ou
    handicapées) ;
  • de soutenir un urbanisme de proximité par la prise en compte des besoins des populations vis-à-vis de leur cadre de vie.


DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9184
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9184 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.