Mode lecture icon print Imprimer

Commerce international : Chacun pour soi, l’OMC pour les autres

icone auteur icone calendrier 14 juillet 2006 icone PDF DP 

Thématiques

A
quoi peut bien servir l’AELE aujourd’hui (Association européenne de
libre-échange) ? Cette vieille organisation créée pour être un pendant
au marché commun – on ne parlait pas encore d’union européenne à
l’époque – réunit encore quatre pays : l’Islande, le Lichtenstein, la
Norvège et la Suisse. L’AELE est aujourd’hui un paravent utile pour
négocier des accords bilatéraux.

Le principe de l’OMC est connu : chaque pays ou chaque groupe arrive
avec ses propositions, mais aussi ses interdits, et les met sur la
table. Le but consiste ensuite à parvenir à un consensus général, ce
qui se révèle totalement impossible depuis quelques années, en
particulier autour des services et des produits agricoles.

Or, face aux difficultés des négociations à l’OMC (cycle dit de Doha),
les grandes puissances économiques multiplient les accords et les
négociations de libre-échange de pays à pays ou de groupe de pays à
groupe de pays.

La fin des règles communes

La méthode de l’OMC est peut-être trop complexe, mais elle assure au
moins une certaine protection aux plus faibles, grâce à l’existence de
dispositifs de recours. Avec ses insuffisances et ses faiblesses, l’OMC
assure un minimum d’ordre international, alors que les accords
bilatéraux de libre-échange traduisent le plus souvent l’intérêt du
pays dominant, qui pourra inonder de ses produits manufacturés le pays
le plus pauvre, lequel en compensation réussira tant bien que mal à
exporter ses produits agricoles et ses matières premières. Par ailleurs
la matière première essentielle de la planète, le pétrole, est
totalement hors OMC.

Loin d’être réjouissants, les échecs de l’OMC entraînent ainsi une
parcellisation générale. L’AELE, donc la Suisse, a signé récemment des
accords de libre-échange avec la Corée du Sud et le Maroc. Des
négociations sont en cours avec le Japon et la Chine. Certes, ce ne
sont pas là des pays faibles et le Maroc n’est pas dépourvu de moyens
ni d’ambitions. Mais c’est le principe lui-même qui est contestable,
d’abord par la discrimination qu’il instaure entre les nations. Des
produits identiques de deux pays différents n’auront pas le même accès
au marché. Ensuite toute régulation mondiale devient peu à peu
impossible à mettre en œuvre car elle implique non seulement de tenir
les engagements multilatéraux et de les développer, mais également de
prendre en compte les innombrables traités bilatéraux en cours de
négociation ou déjà conclus.

Il y a probablement volonté délibérée d’enlever de la substance à
l’OMC, de contourner les quelques règles qui avaient été péniblement
mises en place. Lorsque l’OMC sera devenue une coquille vide, il sera
trop tard pour crier au loup. Les plus marris seront sans doute ceux
qui voyaient dans cette organisation une sorte d’organe de domination
des pays riches, alors qu’elle est la seule instance capable de mettre
un peu d’ordre dans le chaos des échanges mondiaux.   

jg

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9171
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9171 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.