Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Livre : Le message, c’est la Suisse

Les
journalistes ont une conscience nationale. Ils en débattent dans un
ouvrage récent où il est question de l’influence des médias sur la
cohésion du pays.

A partir d’une table ronde, organisée par l’association Rencontres
suisses en 2005, voici un recueil de textes qui interrogent le
patriotisme, entre presse écrite et petit écran, en passant par la
radio et le web, aux couleurs du service public ou des éditeurs privés.
De la Suisse dans les idées, réalisé sous la direction de Christophe
Büchi – correspondant francophone pour la NZZ et auteur d’un prélude
historique balisant 600 ans d’identité helvétique – aligne les
réflexions polyphoniques de quelques personnalités des médias romands.
Les Alémaniques, ce sera pour la prochaine fois. En contrepoint, leur
répondent trois parlementaires, de gauche à droite du spectre
politique. Au bout, l’ouvrage mêle l’enthousiasme durable de son
directeur pour un sujet passionnant – se souvenir de Mariage de raison,
livre écrit en équilibre sur le Röstigraben – qu’il questionne
quotidiennement dans ses chroniques, avec les réticences, les
résistances, l’ironie, sinon l’agacement, des rédacteurs invités. Sans
oublier le ton un rien didactique des trois politiciens – Alain Berset,
conseiller aux Etats (PS/FR), Charles Favre, conseiller national
(Rad/VD) et Martine Brunschwig Graf, conseillère nationale
(libérale/GE), – trop heureux de faire la leçon aux chroniqueurs de
leurs faits et gestes bernois.

Inventaire

Eric Burnand, coproducteur de Temps présent à la TSR, prêche pour un
patriotisme pragmatique. Il faut que cela serve à quelque chose et non
pas seulement à assouvir un nationalisme latent. Notamment à l’égard de
l’Union européenne. En somme, resserrer les liens confédéraux pour
faire face aux autres grands pôles régionaux.

Philippe Barraud, homme à tout faire du site commentaires.ch, reconnaît
sa «suissitude», terme dont les médias se méfient tant ils penchent à
gauche. Qu’importe, la «suissitude» se passe très bien de télé et radio
pour «se décliner en une infinité de petites briques …que seuls peuvent
apprécier ceux qui confessent sans fausse honte» aimer «Cenovis et
chibre, fondue et intercity … Et il faudrait être fou pour se priver de
ça».

Moreno Bernasconi, directeur adjoint du Giornale del Popolo, accuse le
pays de brader ses bijoux appréciés par le reste du monde : consensus,
principe de subsidiarité, etc. Alors que la presse se normalise et se
replie sur le local, au lieu de valoriser le bien commun, qui rassemble.

Pascal Décaillet, ancien producteur de Forums sur la RSR, veut éteindre
les radiateurs. A bas le journalisme calfeutré dans les bureaux, à
l’abri des ordinateurs. La vie se passe ailleurs et elle se raconte
débout, dans le corps à corps incessant avec ses protagonistes.

Patrice Favre, chef de la rubrique suisse à La Liberté, reprend le fil
des mythes et des valeurs indigènes car les retrouvailles avec «une
mémoire confiante de ce que le pays a été» sont le premier jalon du
changement à venir. Changement qui doit s’enraciner dans le terreau de
«ce qu’il y a de grand et de pur dans notre histoire» : goût de la
liberté, courage des individus, pacte communautaire. Enfin «le signe
exigeant d’une croix sur un drapeau».

Marc-Henri Jobin, responsable de la rédaction française de l’Agence
télégraphique suisse, redessine le paysage médiatique avec ses failles
et ses atouts, entre service public et impératifs économiques. Sans
diversité et pluralité des médias, la démocratie risque l’aphasie et le
citoyen se réduit à un consommateur de nouvelles en série emballées par
les annonceurs. La richesse de la branche contre les monopoles,
autochtones ou étrangers, dépend ainsi de l’Etat, garant des règles du
jeu.

Joëlle Kuntz, journaliste au Temps, observe l’évolution des médias
helvétiques. D’opinion et cantonaliste pendant un bon siècle, au milieu
des années soixante, la presse découvre l’information indépendante et
développe un certain rejet de la nation. Trente ans plus tard, la
communication, compliquée certes par la question des langues, prend le
relais au nom de la Suisse. En marche vers l’«unification», malgré les
polarisations actuelles, car l’Europe presse.

Luis Lema, reporter au Temps, prend la posture de l’anthropologue. Chez
soi. Il faut raconter les Suisses, comme on raconterait les
Palestiniens : «en cherchant la différence plutôt que la ressemblance».
Cette attitude, sans sauver la Confédération, sortira le journalisme de
l’ennui et de la routine. Voilà que le récit du 1er août se transforme
en une aventure, excitante.

Peter Rothenbühler, rédacteur en chef du Matin, a perdu tout espoir. Il
y a de l’amertume et de la provocation quand il proclame Miss Suisse
seule émission vraiment nationale. Pour le reste chaque chaîne soigne
son pré carré. Au diable les autres.

Chantal Tauxe, cheffe de la rubrique suisse de L’Hebdo, flirte avec le
destin naturel du pays. Ce pays qui a su jeter des ponts par-dessus les
fossés et vivre ensemble. Le journalisme alimente alors cette curiosité
d’autrui, et renforce la communauté des différents. Avant d’intégrer
l’Europe, dont nous sommes la miniature vivante.

Michel Zendali, producteur d’Infrarouge à la TSR, tourne en bourrique
l’angoisse sempiternelle d’une petite nation fragile, menacée par les
grandes puissances qui l’entourent et morte de trouille à la pensée de
son implosion. Il constate que la diversité tourne à l’autisme. Rien ne
va plus. Le souci de l’autre, au cœur de l’être suisse, sombre dans la
convention, l’artifice. C’est le moment de réinvestir la Suisse. Les
médias devraient ouvrir la route, décloisonner l’espace, s’intéresser
aux autres régions comme autant d’énigmes à résoudre.

La langue de la traduction

Christophe Büchi résume en une page et demie la polyphonie chantée en
cent quarante. La Suisse n’est plus une île, l’exception helvétique a
perdu son sens. De plus, elle a une histoire et même des histoires,
tandis que l’on a cru pendant longtemps qu’elle en était dépourvue
parce qu’elle était heureuse. Mieux encore, le pays est multiple et son
identité également. Celle-ci, et c’est son salut, n’est pas
monolithique, une et impérissable, mais soft, composite, variable.
«Umberto Eco a écrit que la langue de l’Europe, c’est la traduction. De
même, on pourrait dire que la langue nationale de la Suisse, c’est la
traduction.» Finalement, pourquoi les journalistes ne
seraient-ils  pas des traducteurs ?   

md

De la Suisse dans les idées, Editions de l’Aire, Vevey, 2006.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9110
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9110 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP