Mode lecture icon print Imprimer

Livre : Les ONG à la conquête des ambassades

Un
ouvrage montre comment, entre exposition médiatique et travail dans les
coulisses, les organisations non gouvernementales exploitent de plus en
plus les ressorts diplomatiques.

icone auteur icone calendrier 26 mai 2006 icone PDF DP 

Thématiques



Les ONG sont-elles des acteurs importants sur la scène
diplomatique ? Après avoir bénéficié de la sympathie générale de
l’opinion, ces grandes associations internationales sont aujourd’hui
regardées avec un peu de suspicion. On leur reproche de prôner la
transparence et la démocratie chez les autres et de ne pas trop
l’appliquer sur elles-mêmes. Leur représentativité est souvent remise
en cause. Après tout, elles ne relèvent pas du suffrage universel…
mais elles n’ont jamais prétendu en être une émanation.

Le mérite de La diplomatie non gouvernementale, écrit par Henri Rouillé d’Orfeuil,
coordinateur d’ONG françaises, est de rappeler que certaines d’entre
elles ont conquis leur légitimité par leur action sur le terrain, ce
qui rend crédible leur action auprès des diplomates. C’est bien sûr le
cas d’organisations devenues mondiales telles qu’Oxfam, Amnesty international ou Médecins sans frontières, mais de nombreuses ONG groupées au sein de fédération savent aussi mener des campagnes efficaces auprès des diplomates.

La force de l’opinion publique

Selon une jolie formule de l’auteur, les propositions des ONG doivent
être métabolisables par la diplomatie. Les grandes déclarations, celles
qui sont destinées au Forum social par exemple, n’ont pas de
consistance lorsqu’il s’agit de peser vraiment sur les décisions. Mais
la mobilisation de l’opinion publique est essentielle pour les ONG. Il
faut emporter l’adhésion d’environ 30% de la population concernée pour
qu’une pression soit suffisante et permette à un projet d’être relayé
par les diplomates. Le livre analyse en particulier le combat pour
l’accès des pays les plus pauvres aux tri-thérapies contre le Sida.
L’action des ONG, supportée par la diplomatie, a permis de développer
les génériques et de forcer les grandes pharma à renoncer aux procès
qu’elles s’apprêtaient à intenter pour la protection de leurs brevets.

Ce cas est emblématique de l’action d’ONG comme Médecins sans
frontières, qui a conquis par son action une légitimité sur les
problèmes de santé publique, qui parvient à mobiliser les experts qu’il
faut au bon moment, entraîne l’opinion publique derrière elle et
réussit à faire adopter ses thèses par les acteurs gouvernementaux. Il
faut bien sûr un savoir-faire considérable qui ne se conquiert pas en
une journée et qui nécessite parfois de travailler dans le secret et la
discrétion…. ce qui n’est pas toujours facile pour des organisations
dont l’action auprès des médias est souvent une seconde nature.   

Henri Rouillé d’Orfeuil, La diplomatie non-gouvernementale, Le livre équitable, Paris, 2006.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9098
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9098 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.