Mode lecture icon print Imprimer

Edito: Rentes AI: La Suisse coloniale

icone auteur icone calendrier 31 mars 2006 icone PDF DP 

Thématiques

Le choix de mes dépenses est une manifestation essentielle de ma
liberté. Ce que j’épargne, ce que je m’offre, comment je me loge, où je
me loge.

Treize pour cent des bénéficiaires d’une rente de l’assurance
invalidité résident à l’étranger, dans des pays de l’Union européenne
pour le 90% d’entre eux. Ce choix, cette expression d’une liberté
cardinale, celle d’établissement, se comprend aisément: affectivement,
renouer avec un environnement originel; économiquement, réaliser un
bénéfice de change et de pouvoir d’achat. C’en est trop pour la

droite du Conseil national. Ce bénéfice doit revenir au pays payeur, la
Suisse, et non pas à l’invalide bénéficiaire. Cette réquisition a été
proposée dans le cadre de la 5e révision de l’AI. Un amendement porté
par des conseillers PDC proposait que «les rentes versées à des
personnes résidant à l’étranger soient ajustées au pouvoir d’achat».
Quoiqu’inacceptable, constitutionnellement et administrativement, cet
amendement a été, à l’appel nominal, adopté par 89 voix contre 82, avec
l’appui sans faille de l’UDC, on ne s’en étonnera pas, mais aussi avec
celui, décisif, du PDC.

Dans cette conception, juridiquement insoutenable, la rente n’est plus
un droit, dont l’assuré dispose librement, mais une aide qui, dans les
pays les plus pauvres, se réduira en quelque sorte à un bol de riz et,
dans un pays très cher, se gonflerait en super-rente, payée sur quelle
base légale! Enfin administrativement, comment déterminer le pouvoir
d’achat par définition variable dans chaque pays. Absurde.

Cette absurdité a pourtant trouvé une majorité, logique dans son
colonialisme. Jean Fattebert payait ses saisonniers en tenant compte du
pouvoir d’achat du franc suisse en Pologne. Il trouve donc conséquent
d’appliquer le même principe, qu’il a effectivement voté, à une rente
versée à l’étranger (mais la Pologne est protégée désormais par les
accords bilatéraux). Ce qui étonne, c’est que le PDC entre dans ce jeu.

On aimerait rappeler à ce parti, qui se veut le défenseur des régions
pauvres et périphériques, qu’au départ de l’AVS existait un courant qui
voulait payer de manière différenciée le Zurichois connaissant la
cherté urbaine et le Valaisan vivant dans son propre logement avec son
potager, son pain de seigle, son fromage et son fendant. Oui, il a
fallu se battre contre ceux qui demandaient que

l’on tienne compte du pouvoir d’achat intérieur afin de réduire localement les rentes.

Le PDC a-t-il une mémoire?

Dossier du Parlement sur la 5e révision de l’AI

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9024
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9024 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.