Mode lecture icon print Imprimer

Population : Un tiers des Vaudois viennnent de l’étranger… et ce n’est pas la révolution!

Vingt
mille étrangers ont voté lors des élections communales vaudoises. Le
scrutin n’a pas bouleversé la carte politique. Mais il représente un
pas de plus vers l’intégration d’un tiers de la population venue
d’ailleurs.

icone auteur icone calendrier 17 mars 2006 icone PDF DP 

Thématiques

Le canton de Vaud accueille probablement plus de deux cent mille
étrangers sur son sol. On en dénombrait officiellement quelque 197 000
l’an passé, toutes catégories confondues. Sauf les clandestins qui, par
définition, échappent à la statistique ! Si l’on ajoute les 18 000
naturalisés de fraîche date et les 12 000 frontaliers qui viennent
travailler chaque jour dans le canton, on constate qu’un gros tiers de
la population vient d’un autre sol. Globalement, la cohabitation se
passe bien. La présence des requérants d’asile provoque certes le rejet
d’une partie de la population. Mais malgré le taux particulièrement
élevé de population étrangère, Vaud, comme le reste de la Suisse
romande, ne connaît pas les crispations enregistrées outre Sarine. Les
partis dont la xénophobie constitue le fond de commerce ne bouleversent
pas la scène politique. Les naturalisations facilitées ne font pas
problème. Trois tentatives de retirer le droit de vote aux étrangers
ont pitoyablement avorté. Des Ruiez, Ngo Pem ou Da Camara siégeront
dans les conseils communaux à côté des Bonnard, Pache et autres Regamey.

L’étude détaillée que vient de publier Statistique Vaud montre que l’intégration de la population étrangère progresse.

Depuis 2003, on compte davantage de mariages mixtes que d’unions entre
nationaux. Les Suissesses épousent principalement des Portugais
(20,9%), des Italiens (17,3%) et des Français (13,1%). Les Suisses
épousent des Françaises (13,3%), mais aussi des Brésiliennes (8,4%) et
des Marocaines (7%).

L’intégration se fait dans le creuset de la langue française en forte
progression chez les étrangers. En 1970, 24% d’entre eux avaient le
français comme langue principale. Le recensement de 2000 en comptait
56%. Les étrangers d’origine latine optent plus facilement pour le
français. Mais l’ancienneté du flux migratoire influence également
fortement la progression du français qui se fait naturellement par
l’école. En revanche, les Américains du nord, les Anglais et, dans une
moindre mesure, les Allemands restent barricadés dans leur langue
maternelle.

Les naturalisations sont en constante augmentation : 881 en 1990, 2 245
en l’an 2000 et 4107 l’an passé. Les causes de cette progression sont
d’abord de nature administrative. Les procédures sont désormais
facilitées et bon marché. Nombre de pays acceptent la double
nationalité et l’on peut devenir Suisse sans perdre son passeport
d’origine. Demander la naturalisation est un geste d’intégration dans
le pays. Mais ce ne sont pas les étrangers les plus proches
culturellement de la Suisse qui sont les plus demandeurs. Le taux de
naturalisation est toujours inférieur à 2% pour les ressortissants
d’Europe de l’ouest mais entre 4 et 6% pour les Africains.

Les étrangers sont de moins en moins des pousseurs de brouette ou de
balai mal payés. La seconde et la troisième génération d’immigrés ont
gravi l’échelle sociale. Les nouveaux venus sont souvent engagés dans
le tertiaire. Le rapprochement avec la population autochtone se fait
dans l’activité professionnelle.

Tous ces indices d’intégration croissante ne doivent pas masquer les
particularités de la population étrangère. Les inégalités de revenus et
de formation restent en moyenne considérables, le chômage et la
précarité frappent plus durement les étrangers, la ségrégation par
quartiers est évidente. Mais au-delà des impressions et des préjugés,
la statistique montre qu’il y a progrès.    

at

La population étrangère dans le canton de Vaud. De l’après-guerre aux accords bilatéraux. Annuaire statistique Vaud 2005.

Statistique de l’état annuel de la population 2005.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9004
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9004 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.