Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Bulletin de santé de la Suisse (5): un malade imaginaire

Un
Etat vorace et envahissant, une politique sociale trop généreuse, une
concurrence insuffisante, voilà qui plomberait la croissance, nous
répètent inlassablement les prophètes de la décadence helvétique.
L’analyse des faits ne confirme pas ces affirmations. Par contre ces
prophètes s’abstiennent d’évoquer des facteurs importants pour la
croissance, mais gênants pour leur démonstration.


Suite du parcours critique proposé par l’ouvrage de Markus Mugglin*.

Les inégalités contre la croissance

Dans son rapport
sur la croissance (2002), le Secrétariat à l’économie (seco) note en
passant que la Suisse est avec le Japon l’un des rares pays dont la
demande intérieure a connu des signes de faiblesse. En clair, le revenu
réel des salariés n’a pas progressé durant les années nonante, pour
certaines catégories, il a même reculé. Or curieusement, ce phénomène
ne semble pas susciter la curiosité de la majorité des économistes.

L’évolution et la répartition de la richesse n’ont pas seulement à voir
avec l’équité et la cohésion sociale. Elles influencent également la
croissance. Si les fruits de la croissance sont mal partagés, la partie
défavorisée de la population restreint ses dépenses. Et comme les
privilégiés ne peuvent accroître les leurs proportionnellement à
l’augmentation de leurs revenus, la consommation stagne.

Certes les pauvres ne sont pas devenus plus pauvres et les riches plus
riches. Entre 1982 et 1992, les 10% les moins bien lotis des salariés
ont vu leurs revenus bruts croître de 20%. Alors que dans le même
temps, l’écart avec les 10% les mieux rétribués s’est élargi. Mais ce
sont les salariés de la classe moyenne qui ont surtout souffert : la
croissance plus faible de leurs revenus a pour une bonne part été
confisquée par l’augmentation des prélèvements obligatoires – impôts et
taxes, cotisations sociales, assurance maladie – obligeant cette partie
importante de la population à restreindre sa consommation.

Les autorités – gouvernement comme Parlement – appuyées par les
économistes officiels, ont agi au contraire du bon sens économique en
proposant des baisses d’impôts en faveur des privilégiés, imaginant
ainsi relancer la croissance. Alors qu’il aurait fallu soutenir le
pouvoir d’achat des salariés modestes. Sachant que le nombre d’enfants
est proportionnellement plus élevé dans ces milieux, il aurait fallu
par exemple exempter les mineurs des primes de l’assurance maladie,
augmenter les allocations familiales et soutenir financièrement
l’horaire scolaire continu. Comme quoi l’idéologie rend aveugle.

Ce non-sens économique n’est pas isolé. Il faut encore mentionner la
politique monétaire restrictive de la Banque nationale (BNS) et une
politique budgétaire contre-productive pour faire le tour de
l’incompétence de nos théoriciens de la croissance – politiciens,
experts du seco et professeurs.

Si la Suisse détient un record, c’est bien celui de la stabilité des
prix. Jusqu’en 1996, la BNS en a fait un dogme qui a détruit de
nombreux emplois. Car la croissance se conjugue aisément avec un taux
d’inflation de 2 à 3% et exige de la Banque centrale qu’elle réagisse
rapidement à l’évolution conjoncturelle. Pour preuve, la politique
suivie par Alan Greenspan et la Réserve américaine, une politique
théorisée par les Nobel Akerlof et Stiglitz.

Autre record helvétique, celui du taux d’épargne. Traditionnellement
considérée comme une vertu, l’épargne a atteint des dimensions
pathogènes, puisqu’elle prétérite les investissements. Et sans des
investissements suffisants, pas de croissance.   

jd

*Gegendarstellung. Wer die Schweizer Wirtschaft bremst. Xanthippe Verlag, Zürich, 2005.

Concept de politique économique libérale, supplément de La Vie économique, 1999/8, seco.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8968
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8968 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP