Mode lecture icon print Imprimer

Des divertissements engagés

icone auteur icone calendrier 13 janvier 2006 icone PDF DP 

Thématiques

André
Malraux disait que le cinéma est un art et par ailleurs une industrie.
Mais il est aussi un divertissement pur et par ailleurs une réflexion
politique. Le cinéma hollywoodien de la grande époque a toujours su
marier ces deux aspects, des Temps modernes de Charles Chaplin à Sur
les quais d’Elia Kazan, en passant par L’Homme qui tua Liberty Valance
de John Ford. Dans les années soixante en Europe, surtout en Italie, de
grands films décortiquèrent les mécanismes du pouvoir, songeons à Main
basse sur la ville ou L’Affaire Mattei de Francesco Rosi. La chute du
mur en 1989 mit fin à cette tradition. Le divertissement l’emporta peu
à peu auprès du grand public.

Tout a changé depuis quelques années. Il y eut la vogue des
documentaires de Michael Moore, le succès de Mais im Bundeshuus et en
quelques mois quatre films sur l’Afrique, ses guerres, ses maladies et sa
misère. D’abord un documentaire, Le cauchemar de Darwin de Hubert
Sauper
, sur nos écrans en été 2004, ou comment les perches du Nil
introduites dans le lac Victoria pour que leurs filets surgelés
finissent dans les supermarchés du Nord, ont détruit les espèces
autochtones, privant les populations locales de leur subsistance et
engendrant un étrange commerce où des pilotes ukrainiens transportent
le poisson vers l’Europe dans de vieux Antonov et reviennent avec leurs
avions chargés, de quoi au fait ? peut-être bien d’armes.

Ensuite trois brillants et remarquables films de fiction. D’abord
L’Interprète, de Sydney Pollack, sorti voici six mois, une crise à
l’ONU sur fond de guerre civile africaine, et actuellement à l’affiche.
The Constant Gardener de Fernando Meirelles, visite des bas-fonds de
Nairobi, avec des essais illégaux de médicaments et un jeu compliqué
des services secrets tels que les décrit admirablement John Le Carré,
auteur du roman éponyme. Enfin Lord of War, le film d’Andrew Niccol,
décorticage totalement cynique et jubilatoire des trafics d’armes de
ces vingt dernières années à travers le monde, mais surtout en Afrique
de l’Ouest avec dictateurs fous, enfants soldats, mutilés, prostitution
généralisée.

Qu’ont en commun tous ces films ? Une intrigue bien ficelée comme
savent le faire les scénaristes américains, une réalisation brillante
et des acteurs parmi les meilleurs du moment, de Nicole Kidman à
Nicolas Cage en passant par Sean Penn ou Ralph Fiennes, un message
efficace et qui porte – les grandes pharmas comme Roche et Novartis ont
dû sortir du bois pour expliquer que, non, elles n’agissaient pas comme
dans l’intrigue de The Constant Gardener. La grande tradition libérale
dénonciatrice d’Hollywood est intacte. Aujourd’hui elle s’attaque à
l’Afrique, à la première guerre du Golfe (Jarhead), fait retour sur le
maccarthysme (Good Night, Good Luck bientôt en Suisse), et s’en prend
au Mossad et à l’élimination systématique des terroristes des attentats
de 1972 aux Jeux Olympiques (Munich de Spielberg à fin janvier). On
peut être pour ou contre, aimer ou ne pas aimer ces films, mais ils
existent, forcent la réflexion. Lecteurs de Domaine Public, allez au
cinéma. En ce moment, cela en vaut la peine !  

Le cauchemar de Darwin et L’Interprète existent en DVD. The Constant Gardener et Lord of War sont à l’affiche.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8907
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8907 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.