Mode lecture icon print Imprimer

Le vrai et le faux sur la ségrégation

Les
inégalités selon le sexe, la nationalité ou l’âge restent bien réelles
sur le marché de l’emploi, mais elles diminuent. Une étude publiée à
Berne dément certaines idées reçues trop négatives.

icone auteur icone calendrier 13 janvier 2006 icone PDF DP 

Thématiques

La ségrégation sur le marché du travail a tendance à s’atténuer. C’est
ce qui ressort d’une analyse détaillée des quatre derniers recensements
nationaux de 1970 à 2000. Cette constatation générale cache de
sérieuses nuances et nécessite des explications.

Première surprise, la ségrégation selon l’âge a régressé depuis les
années septante. Alors que l’on dénonce aujourd’hui les mises à la
retraite anticipées, la statistique montre que la répartition entre
travailleurs jeunes et âgés dans les diverses branches économiques est
moins inégale qu’il y a trente ans. La tendance à se séparer des vieux
travailleurs régresse donc. L’explication se trouve dans l’évolution de
l’activité économique. Il y a moins de professions nécessitant de la
force physique. Elles sont remplacées par des activités de tertiaire,
moins pénibles, qui restent accessibles aux plus âgés.

Des étrangers qualifiés

La ségrégation à l’égard des étrangers était bien réelle dans les
années septante. Les migrants exerçaient essentiellement les sales
boulots que boudaient les Suisses. Le phénomène demeure, mais, deuxième
surprise, il régresse. C’est à cause de la nouvelle politique de
l’immigration,  ciblée désormais sur le recrutement de personnes
dont la qualification est adaptée aux besoins diversifiés du marché de
la main-d’œuvre. Les entreprises n’engagent plus seulement des
étrangers non qualifiés, mais aussi des informaticiens ou des cadres
formés hors de nos frontières.

La ségrégation selon le sexe s’est aggravée. La différence s’accentue
entre le nombre d’hommes et de femmes employés dans diverses
professions. Mais l’étude apporte une nuance importante. La statistique
distingue entre les professions apprises et les professions exercées.
On constate alors que si les femmes sont sévèrement sous-représentées
dans certaines professions, celle d’ingénieur par exemple, cela tient
au fait qu’elles sont fort peu nombreuses à avoir fait le choix d’une
formation technique. Il y a statistiquement discrimination, mais en
raison d’un choix. Les employeurs n’en sont pas responsables. Ils
n’exercent pas un geste de ségrégation pure. Au contraire. Une
entreprise a tendance à engager plus facilement une femme, compte tenu
de la proportion selon le sexe des candidats à un poste. Dans ce cas le
marché du travail atténue la ségrégation. L’étude ne le dit pas, mais
le rôle antiségrégationniste des entreprises tient peut-être au fait
qu’elles peuvent engager des femmes à un salaire moindre pour une
compétence équivalente. S’il n’exerce pas une ségrégation selon le
sexe, le marché du travail pratique toujours une discrimination dans
les rémunérations.

La ségrégation selon le sexe a une forte composante culturelle. L’étude
montre que l’accès des femmes au marché du travail est plus important
en Suisse romande qu’outre Sarine. Les régions italophones sont les
plus ségrégationnistes. Une distinction analogue peut se faire entre la
ville, plus favorable aux femmes, et les régions rurales. Ainsi le
canton d’Uri est le plus ségrégationniste et Genève le plus ouvert à
l’emploi féminin.    

Ségrégation choisie et ségrégation pure

La ségrégation, selon la définition retenue dans l’étude de l’OFS,
indique que la répartition des femmes et des hommes (ou des Suisses et
des étrangers, des jeunes et des vieux) entre différentes activités
économiques est inégale.

Cette inégalité peut provenir d’une discrimination à l’embauche, voulue
par l’employeur. On parle alors de ségrégation pure. Mais l’inégalité
dans le nombre des personnes employées dans une profession dépend aussi
de la formation des personnes qui se portent candidates. Cette
formation résulte d’un choix individuel. Il s’agit alors d’une
ségrégation de choix.

La ségrégation sur le marché suisse du travail. Recensement 2000. Office fédéral de la statistique. Neuchâtel, novembre 2005.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8903
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8903 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.