Mode lecture icon print Imprimer

Pour un canton-ville

La
région genevoise souffre de son morcellement administratif. Il est
temps d’en redessiner le territoire pour le bien de l’agglomération
.

icone auteur icone calendrier 23 décembre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

L’affaire de la rue du Stand agite les esprits genevois depuis
plusieurs semaines. Le rapport d’une commission du législatif municipal
a mis à jour les tripatouillages procéduraux auxquels s’est livrée
l’autorité exécutive dans le cadre de l’acquisition d’un immeuble
administratif. Et l’enquête pénale dira si malversations il y a eu.

Cette affaire révèle une gestion déficiente et illustre l’arrogance
d’une municipalité qui croit pouvoir se soustraire aux règles du droit
commun, et en particulier au contrôle parlementaire. Ces événements ne
seraient que banale péripétie s’ils ne s’inscrivaient dans un contexte
de crise de l’organisation territoriale du canton.

Historiquement, Ville et République ne font qu’un. Ce n’est qu’avec
l’occupation française en 1798 qu’apparaît la structure communale. Et
en 1815, Genève va s’enrichir d’un arrière-pays grâce à la cession par
la France et le roi de Sardaigne des communes catholiques qui
l’entourent. En 1930, trois communes fusionnent avec Genève qui, dès
lors, constitue le poids lourd démographique et politique du canton.
Mais avec l’urbanisation du territoire dans les années soixante, ce
poids diminue sans que pour autant la Ville renonce à ses tâches
centrales – infrastructures sportives, culture, énergies, lutte contre
le feu notamment.

La commune de Genève se prend toujours pour la République d’antan. Ses
magistrats parcourent le monde, parés de l’aura de la Genève
internationale. Ils n’hésitent pas à affronter leurs homologues
cantonaux. Et les quelque 3 000 fonctionnaires de l’administration
municipale doublent en partie les activités de l’administration
cantonale. Comme le notait justement le Conseil d’Etat dans un rapport
de 1997, «il y a sur le territoire genevois une administration
(cantonale) et 44 communes qui gèrent la moitié de la population
cantonale et deux administrations (cantonale et municipale, à savoir
celle de la Ville) qui gèrent l’autre moitié».

Ce chevauchement, source de doublons, de conflits incessants et de
gaspillage, ne peut plus durer. Les habitants vivent dans une
agglomération et ignorent les frontières communales. Dès lors il faut
ranimer le projet élaboré il y a sept ans par le gouvernement cantonal
: une Ville et République de Genève qui assume les fonctions
nécessaires à la vie de l’agglomération, et des communes – l’actuelle
commune de Genève étant scindée en cinq à dix communes – permettant
l’expression d’une démocratie de quartier. Ce projet devrait trouver
place dans la révision totale de la Constitution
cantonale.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8893
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8893 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.