Mode lecture icon print Imprimer

Edito : Relever le gant

icone auteur icone calendrier 9 décembre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

On
aurait aimé parler du dossier Swisscom posément. Quel avenir et quelle
stratégie pour une société dont l’actionnaire majoritaire est la
Confédération et qui doit affronter un double défi, celui d’une
concurrence agressive et celui d’une technologie en constante et rapide
évolution ? On aurait aimé analyser sans préjugés les deux options
proposées. La première où l’Etat, en régulateur, définit les exigences
auxquelles les entreprises concessionnaires auront à se soumettre avant
qu’elles ne se livrent, librement, à armes égales, au jeu concurrentiel
; la seconde où l’Etat, dans ce dispositif, s’assure en plus par une
société qu’il contrôle que, sur le terrain, la concurrence s’exerce
dans un esprit de service public.

On aurait aimé mener plus avant la réflexion sur la mission d’une
société détenue par l’Etat. On aurait pu alors affirmer que le premier
objectif n’est pas de distribuer des dividendes généreux, dont on fait
un si grand mérite à Swisscom, même s’il est satisfaisant que ces
retombées garnissent l’escarcelle publique plutôt que le gousset
d’actionnaires privés. La priorité serait de se donner les moyens, en
investissements et en recherche, de suivre et de s’adapter à
l’extraordinaire évolution des télécommunications. Et pourquoi pas des
accords et des collaborations avec des sociétés européennes de service
public ? Deuxième priorité, une politique des prix la plus avantageuse
possible. Certes les dividendes distribués en souffriraient, les
actionnaires minoritaires s’en plaindraient, la tenue de l’action en
pâtirait, les 17 milliards considérés comme la valeur boursière de
Swisscom se ratatineraient. Mais où est la vraie valeur ? Dans la
cotation ou dans les services rendus ?

On aurait aimé, mais l’heure n’est plus à la dissertation. Messieurs
Merz et Blocher, avec une majorité consentante du Conseil fédéral, ont
fait bruyamment de ce sujet une épreuve de force. Ils ont choisi le
moment et les armes. Qu’on aille donc au duel sur le pré référendaire.
Au plus vite. L’enjeu du référendum dépassera Swisscom. Il concernera
toute la politique droitière voulue par une majorité de l’Assemblée
fédérale lors de l’élection surprise (quoique soigneusement préparée)
du tandem Merz-Blocher.

L’engagement de tous ceux qui ne veulent pas de ce leadership sera
large, nous le souhaitons, et total. Les fleurets ne seront pas
mouchetés.   

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8871
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8871 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.