Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La Suisse en miniature : Le train supplémentaire

Un
voyage hors saison sur le rail. De Zurich à Lugano, l’univers s’étire
et se rétracte lancé à grande vitesse à travers les Alpes.

Le Pendolino pour Milan craque au moment de s’ébranler. Plein comme un
œuf. Je l’entends couiner. Les passagers sourient contre les vitres,
ravis d’avoir une place. Il est vendredi soir. Le train part sans moi.
La gare de Zurich enfle. Il faut en trouver un autre. J’attrape au vol
l’annonce d’un convoi supplémentaire. Prêt pour le pays des merveilles,
pour un voyage fantôme inventé par le génie administratif helvétique.


Un monde à part
Six voitures vertes, une de première classe, des modèles années
septante qui grincent à chaque virage, qui s’enflamment à chaque
freinage. Elles démarrent sans horaire dans le vent figé de midi. Sur
une voie rouillée, invisible, aiguillée au sud. Les portes coulissent
mal. La fumée file à travers les joints usés. Une humanité bariolée
occupe les sièges à la force du hasard. Deux amants envahissent le
couloir quand ils s’embrassent. Ils vont à Ponte Tresa où le Malcantone
se noie dans le lac de Lugano, terre de braconniers et de contrebande,
magnifique au printemps, même si aujourd’hui il neige. On y raconte
encore des histoires terribles, à faire pleurer les enfants. Enlacés,
ils croquent chips et tartines entre deux baisers.
Trois marcheurs à la retraite empilent les rondelles de leurs
saucissons rouges et gras. Un verre de vin détend les muscles et la
langue, ils rient fort et sentent l’ail. Un bébé, nouveau-né crie à la
figure d’une mère seule écrasée par une poussette grande taille. Il y a
toujours un fou parlant, il dandine son corps à cent à l’heure. On a
pris de la vitesse. Les flocons tombent étourdis. Le contrôleur passe
au ralenti, bel exploit sur une ligne titubant à la vue des Alpes. Il
poinçonne les billets avec style, même le déclic de la tenaille sonne
juste. Il porte l’uniforme comme un amoureux, il sourit bienveillant.
C’est Charon, il nous transborde vers un autre monde.
Dehors, le lac de Zurich semble triste, malgré les riches et une
fiscalité estivale. Les propriétés s’alignent jalouses, encore vertes.
On les devine à peine. Le brouillard lève son rideau de fer. Il protège
les fortunés et leurs trésors. Horgen réveille le souvenir du clan
Wille – Von Bismarck (Ulrich surtout, commandant de l’armée suisse lors
de la Grande Guerre), des Schwarzenbach – James le xénophobe et
Annemarie la suicidaire – raconté par Meienberg dans Le délire général.
Il faut un effort surhumain pour imaginer le Bocken, enclos
inaccessible où se promenaient les seigneurs du pays, derrière les murs
anonymes des maisonnettes de la classe moyenne sortie des Trente
Glorieuses.
Le train avance en sanglots. A Wädenswill il vire à droite, plonge vers
Arth-Goldau. Mais avant il effleure Morgarten : le 15 novembre 1315,
mille montagnards fâchés – ils disputent forêts et alpages au Couvent
d’Einsiedeln – repoussent les troupes du duc Léopold d’Autriche,
seigneur d’Habsbourg. Le souvenir s’estompe vite. L’express aligne de
belles gares en béton. Sur les quais prolifèrent ménagères et
comptables, assureurs et fiancées, permis B et indigènes. Ecce Homo,
satellite de Sattel, cache une chapelle bâtie au xviie siècle. Les
amoureux s’embrassent bouche bée. Et Nietzsche semble encore plus gai.

Le nombril de la Suisse
Arth-Goldau ouvre les portes du sud à l’abri du Rigi, éboulé sur la
commune en 1806. Quarante millions de mètres cubes de roches tuent
quelques centaines de malheureux. Le Bergsturzmuseum est ouvert tous
les jours de mars à novembre pour trois francs la visite. Au milieu du
pays, exactement, la gare pompe les voyageurs lancés sur le réseau CFF.
Un rêve géographique parfait où les hommes quittent les downtowns du
Plateau pour la banlieue méridionale, patrie de palmiers et de comptes
bancaires. Les trains se pressent depuis Zurich, Saint-Gall, Lucerne,
Berne, Bâle. Ils piaffent. Les hauts parleurs scandent les
correspondances. La panique s’empare des passagers. Ils montent et
descendent pareils à une fourmilière en émoi. Jusqu’au départ simultané
de tous les concurrents. Qui se disputent la seule voie à coups
d’aiguillage.
Ensuite on escalade la Reuss jusqu’à Göschenen. Lentement, au rythme
d’un trois temps têtu entre galeries et rampes de lancement qui
s’enroulent dans le granit gorgé d’eau. La neige tombe en bourrasque.
Soufflée par le vent du Saint-Gothard, via Andermatt. Plus haut. Les
vaches tournent à peine le museau, énorme. Gavées d’herbe et de plomb.
Le tunnel nous dévore. Il est noir, humide. L’odeur de la terre envahit
le boyau héroïque percé en 1882. Le train accélère. Il vole sur un
grand huit aveugle. Le vacarme terrasse les conversations. Nous sommes
suspendus au ballast qui éclate en mille morceaux. La locomotive mord
la voie. Elle crie de toutes ses forces. A la sortie la lumière bleue
d’Airolo s’allume comme un néon fané. Le minibar vend sandwiches et
boissons hors de prix. Maintenant, on descend à toute vitesse,
prisonniers du toboggan qui dévale la Leventina. Un vieux monsieur
dépaysé se réveille après une longue sieste. Il a manqué son arrêt. Il
enfile des gros souliers à l’envers. Il se désole et fait la causette.
C’est un extraterrestre, prisonnier d’un convoi fantôme. En lederhosen.
Six heures après le départ, la gare de Lugano stoppe notre course. Une
petite voix de fée annonce la fin du trajet : gare terminus,
Endstation, ultima fermata. Amen. Le chef de train ne parle pas
anglais.   
md


DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8847
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8847 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP