Mode lecture icon print Imprimer

Les souris savantes

Aujourd’hui
très chères, les animaleries sont indispensables aux sciences de la
vie. Malgré les contestations, elles restent un outil primordial pour
les chercheurs.
icone auteur icone calendrier 11 novembre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Juste avant le H5N1 et le SARS il y avait le CJ. Les troupeaux de
vaches attaquées par la maladie de la vache folle, des millions
d’animaux éliminés, et une augmentation inquiétante d’humains frappés
par une variante nouvelle de la maladie de Creutzfeld-Jacob, aux
symptômes similaires. L’agent qui cause l’affection n’est pas un virus,
mais une protéine anormalement conformée, le prion, qui peut par
cascade déformer les autres protéines du neurone pour le détruire. Si
l’on sait aujourd’hui ces choses si simples, c’est essentiellement
grâce aux souris transgéniques. Les plus importantes furent produites à
l’université de Zurich, en particulier la souris dont le gène pour la
protéine prion avait été inactivé et qui a permis de comprendre le mode
de propagation, les cibles, le mode d’infection du prion. Aujourd’hui
la société biotech zurichoise Prionics commercialise le meilleur kit de
détection de la maladie de la vache folle ; c’est un des gros succès du
transfert de technologie, de la souris transgénique au marché et à la
protection de la santé.

Un trésor frétillant
Les souris transgéniques se sont banalisées. On est loin de la souris
brevetée qui aurait répondu à toute question sur le développement du
cancer, comme l’épisode de l’Oncomouse® le faisait craindre.
Aujourd’hui les souris transgéniques répondent chacune à une question
très précise. Ce qui n’est pas banalisé par contre, c’est leur
production, longue et coûteuse. Elles constituent pour une équipe de
recherche un trésor crucial qui s’échange avec d’autres ; seules les
équipes de recherche capables d’assurer ce service seront reconnues
internationalement.
Il arrive que le trait modifié rende la souris très fragile et qu’elle
meure avant l’âge de reproduction ; on doit alors conserver les souris
porteuses mais non malades, et le nombre de cages à maintenir, pour une
mutation, peut donc exploser.
Ce qui a aussi explosé, c’est le coût de ces animaux. Les animaleries
ont été professionnalisées et le contrôle par les vétérinaires est
effectif et continu. Le coût de chaque animal est aujourd’hui facturé
au chercheur. A l’université de Zurich, par exemple, le coût des
animaux correspond à 60% des ressources ordinaires en sciences de la
vie reçues par le département. La pression budgétaire est constante,
car il faut choisir entre matériel, personnel et animaux. Et il n’y a
pas trop de ces derniers aujourd’hui dans les animaleries des
universités suisses.
Animaux indispensables, animaux coûteux, voilà les conditions cadre ;
une faculté sans animalerie courra le risque de l’insignifiance.

Complétez votre information  :

Société vaudoise pour la protection des animaux (Référendum contre une nouvelle animalerie à l’Université de Lausanne)

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8830
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8830 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.