Mode lecture icon print Imprimer

Entre «psychose collective» et «principe de précaution»

Le
premier essai en plein champ a eu lieu sur le nouveau site Internet de
DP. Partisans et adversaires de l’initiative réclamant un moratoire sur
les OGM coexistent allégrement sur le forum librement accessible à nos
abonnés. Petit tour d’horizon de ces dix contributions.

icone auteur icone calendrier 4 novembre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Les mathématiques donnent un léger avantage à l’initiative puisque sept
contributions sur un total de dix lui sont favorables. Deux arguments
reviennent avec insistance chez les défenseurs du moratoire. D’une
part, l’agriculture suisse, étiquetée bio, n’aurait aucun intérêt à
coexister avec des champs d’OGM : le moratoire constituerait même un
sérieux coup de pub pour les produits de nos paysans (Simonetta
Sommaruga
, PS/BE). D’autre part, les cultures OGM, destinées à
l’exportation, auraient clairement failli à leur mission de nourrir le
tiers-monde. En acceptant un moratoire, la petite Suisse donnerait un

«signal important de ce point de vue» (Bastienne Joerchel, Allianz
sud). Derrière la brevetabilité des OGM se dresse le spectre des
entreprises multinationales «engagées dans une lutte sans merci»
(Gérard Vuffray, Uniterre). Les partisans du moratoire ne croient pas à
la possibilité d’une coexistence pacifique entre agriculture biologique
et produits génétiquement modifiés : le fœhn pourrait se charger de
disséminer les OGM ! (Grégoire Raboud, Les Verts/VS) La coexistence des
deux filières parallèles sécurisées, sur laquelle les expertises
scientifiques divergent, serait une «vue de l’esprit, un mirage»
(Gérard Vuffray). Enfin, les recherches scientifiques sur les
conséquences réelles des OGM sur l’environnement et la santé seraient
inexistantes (Isabelle Chevalley, Ecologie libérale; Liliane Chappuis,
PS/FR). Au nom du principe de précaution (Géraldine Savary, PS/VD),
mieux vaut interdire provisoirement que prendre un risque que nous ne
connaissons pas.

Les adversaires de l’initiative le répètent sur tous les tons. Le
moratoire nuirait gravement à la recherche en Suisse. Notre pays
risquerait de se trouver hors-jeu dans «la lutte implacable que se
livrent les Etats pour la maîtrise des nouvelles technologies» (Yves
Christen
, PRD/VD). Les premières victimes en seraient les chercheurs et
« la facture finale pourrait bien être payée par nos paysans»
(Jean-Pierre Zrÿd, prof. honoraire, Université de Lausanne) qui ne
profiteraient pas des éventuelles avancées. Attention à la «psychose
collective» : la crainte des OGM serait un «fantasme» (Jacques
Neirynck
, prof. honoraire, EPFL) d’autant plus confus que nous
ingurgitons déjà quotidiennement des quantités d’ADN étranger à nos
cellules, patiemment modifié par des générations d’agriculteur. Un
moratoire ne ferait que nous enfermer dans le mythe rousseauiste de la
Nature éternelle, alors que «ce que le citoyen considère comme la
Nature est le pur résultat de la technique» (toujours Jacques
Neirynck). On peut aussi être plus terre à terre : les OGM
permettraient une diminution significative de l’usage des pesticides
sans qu’aucune atteinte à l’environnement ou à la santé n’ait pu être
mise en évidence dans les pays où ils sont largement disséminés. Alors,
«quels peuvent être les objectifs du moratoire» (Jean-Pierre Zrÿd) ?

Rendez-vous le 27 novembre pour savoir ce qui passera ces cinq
prochaines années : «cinq ans, c’est court» écrit la conseillère aux
Etats Simonetta Sommaruga. Mais il ne vous reste que trois semaines
pour vous forger une opinion sur le moratoire !

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8813
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8813 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.