Mode lecture icon print Imprimer

La fausse piste de la concurrence

Au
lieu de compétition, la santé a besoin surtout de prévention, de
réseaux de soins efficaces et d’une réforme du marché du travail source
de trop nombreux maux physiques et psychiques.

icone auteur icone calendrier 4 novembre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Radicaux et démocrates-chrétiens reprennent en chœur l’antienne de la
concurrence. Concurrence entre caisses maladie et entre prestataires de
soins, voilà la potion magique qui doit enfin freiner, si ce n’est
stabiliser l’irrésistible progression des coûts de la santé. Condition
pour que fonctionne cette concurrence : la fin de l’obligation faite
aux assurances de rembourser les factures de tous les soignants
reconnus, l’obligation de contracter.

La concurrence peut stimuler à mieux faire, favoriser l’innovation.
Mais érigée en principe absolu, elle conduit à la négation des
avantages qu’on lui prête. Ainsi dans le domaine de la santé. Nous
avons tous fait l’expérience, à l’hôpital comme chez le médecin, du
gaspillage qui règne dans ce secteur – médicaments inefficaces,
opérations inutiles, répétition des actes par manque de coordination.
Un gaspillage parfois tacitement approuvé par le patient angoissé, il
faut bien l’admettre. Plus de concurrence éliminerait-il, comme par
enchantement, ce coulage ?

Nous pouvons observer maintenant déjà les effets de la concurrence
entre les caisses : une chasse effrénée aux bons assurés, ceux qui
présentent le moins de risques, et des techniques subtiles de
dissuasion à l’égard des cas lourds ; des campagnes publicitaires qui
ne contribuent en rien à l’information du public. Le niveau des primes
ne dépend pas tant de la qualité de gestion des sociétés d’assurance
que de la structure sanitaire de leurs assurés. Ce n’est pas un hasard
si les caisses qui bénéficient d’une structure favorable – jeunes,
faible proportion de malades chroniques par exemple – s’opposent
farouchement à une réforme de la compensation des risques qui
refléterait mieux la structure réelle de la population assurée de
chaque caisse.

Et la concurrence entre soignants que permettrait la suppression de
l’obligation faite aux caisses de contracter ? Cette solution
présuppose que les caisses agissent en tant que représentantes des
intérêts des assurés. Or rien n’est moins sûr. Les sociétés d’assurance
ont à défendre leur propre intérêt, par exemple abaisser le coût des
prestations indépendamment de leur qualité. Dans ce marché où
s’affronteraient prestataires de soins et caisses, le patient, en
déficit d’information, serait bien démuni.

Gouvernement et Parlement peinent à réformer l’assurance maladie.
Certes ce dossier est épineux tant les divers intérêts en présence sont
tout à la fois considérables et divergents. Mais la potion magique de
la concurrence n’opérera pas. Des pistes existent pourtant qui
permettraient à la fois d’améliorer la santé publique et d’en contrôler
les coûts : en particulier une promotion des réseaux de soins qui
garantissent l’efficience des prestations ; un investissement massif
dans la prévention ; et surtout une réforme du marché du travail,
aujourd’hui source de trop nombreux maux physiques et psychiques, tout
comme les pollutions atmosphérique et phonique.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8810
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8810 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.