Mode lecture icon print Imprimer

Scorbut et déboires de la médecine

L’histoire de la vitamine C illustre les maux et les dérapages qui menacent la santé également de nos jours.

icone auteur icone calendrier 7 octobre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

A peine cinq ans après le premier voyage de Christophe Colomb, le capitaine portugais Vasco da Gama notait en 1497, en contournant le Cap de Bonne Espérance, que son équipage souffrait d’une étrange affection : apathie, affaiblissement, douleurs articulaires, décoloration de la peau, hémorragies multiples, altération des gencives, haleine fétide, amaigrissement et fatigue progressifs.

L’Europe découvrait le scorbut. Maladie terrifiante, caractérisée par la dégénérescence du tissu conjonctif, et, on le sait aujourd’hui, provoquée par un manque de vitamine C nécessaire à la synthèse de la protéine qui le compose, le collagène.

Le miracle du citron

Au cours des trois siècles suivants, le scorbut allait tuer plus de matelots que malaria, tuberculose, fièvre jaune, syphilis et même guerres anglo-franco-espagnoles réunies. Ainsi, pendant la seule guerre de Sept Ans, (1756-1763), si 1 512 matelots britanniques moururent au combat, 133 708 périrent du scorbut. Pourtant, en 1593, Sir Richard Hawkins notait pour la première fois dans l’histoire médicale que le citron pouvait prévenir et guérir le scorbut. Et en 1601, le scorbut fut éliminé pour la première fois lors d’un voyage intercontinental Angleterre-Inde grâce au jus d’agrumes.

La maladie était vaincue. Mais une génération plus tard, à partir de 1630, ce moyen de prévention simple et efficace sera perdu. Il faudra attendre la fin du 18e siècle (1795) et des millions de morts, pour que l’Amirauté recommande à nouveau l’usage des agrumes sur les bateaux.

La preuve ignorée

Au 17e siècle, ce sont les grandes compagnies commerciales qui dominaient le trafic naval. Les agrumes et leur stockage coûtaient cher; la prévention perdait de son attractivité pour ces nouveaux patrons. La vie d’un matelot, payé misérablement, comptait peu, il était probablement moins cher de le remplacer que de le maintenir en bonne santé. C’est une première raison.

Une autre, importante, est l’existence d’une pensée médicale unique, à l’époque la théorie des quatre humeurs. Le scorbut étant un déséquilibre de ces humeurs, les grands médecins recommandèrent tour à tour le fouet, les purgatifs, la saignée, le sucre, l’acide, l’alcool, l’orge maltée et l’air sec. Par exemple, Louis-Antoine de Bougainville, dont l’équipage fut décimé par le scorbut, écrit en 1766: La pluie fut continuelle, aussi le scorbut se déclara-t-il …; l’humidité est un des principes les plus actifs de cette maladie».

Mais surtout, c’est le manque d’observations systématiques qui causa la perte du traitement préventif. La vitamine C est instable, elle disparaît avec le stockage, la fermentation ou la cuisson. De ce fait, le lien causal entre consommation d’agrumes ou de légumes et prévention se perdit peu à peu. Il faudra attendre un obscur chirurgien naval, Charles Lind, pour exécuter le premier essai clinique contrôlé de l’histoire. En 1747, il prit douze matelots malades et leur administra quotidiennement, pendant une semaine et par paire, un litre de cidre, ou d’élixir de vitriol, ou du vinaigre, ou une pinte d’eau de mer, ou un laxatif, ou encore, aux deux derniers, deux oranges et un citron. Seule cette dernière paire guérit. Lind publia son expérience, mais il ne parvint pas à l’expliquer. Comme il était de plus d’extraction modeste et non-universitaire, son expérience  fut ignorée pendant encore cinquante ans.

Marchandisation de la santé, pensée ou modèle médical uniques, absence d’observations systématisées et de médecine basée sur des faits; ces
menaces n’existent-elles pas de nos jours?

La vitamine C naturelle fut finalement isolée en 1932, et sa version synthétique réalisée en 1933 par une équipe bâloise. Roche deviendra par la suite le géant mondial des vitamines, jusqu’à l’excès. Mais ceci est une autre histoire.   

Stephen Bown, Scurvy. Thomas Allen Publisher, Toronto, 2003.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8766
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8766 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

1 Rétrolien

  1. […] Les professionnels de santé et les politiques montrent de façon récurrente, et depuis longtemps que leurs interventions ne servent pas la santé publique. Intérêts des puissants, des industriels peut être… L’histoire du scorbut, comme beaucoup d’autres que vous trouverez sur le site du Mouton Noir, montre comment le corps politique et médical, main dans la main, a laissé mourir des matelots et autres prolos alors que des preuves étaient disponibles pour , avec de simples citrons, prévenir l’hécatombe du scorbut. Le scorbut, dû à un manque de vitamine C,  entraîne hémorragies multiples, amaigrissement et tuera cent fois plus que les guerres de la fin du dix huitième siècle. Alors que des preuves montrent l’efficacité de la prise régulière de citron pour éviter le scorbut, les grandes compagnies maritimes préfèrent remplacer un matelot malade payé pas grand chose  que d’organiser un stockage d’agrumes sur les bateaux. Mais le corps médical est aussi complice en appliquant la théorie des quatre humeurs : le scorbut serait un déséquilibre de ces humeurs et, plutôt que la simple prise d’agrumes qui soigne, on propose des remèdes à base de fouet, purgatifs, saignée, sucre, alcool …. Le corps médical  mettra près de cent ans à admettre que la prise d’agrumes soigne et prévient le scorbut. http://www.domainepublic.ch/articles/8766 […]

    Cité par Le scorbut : un autre exemple de la résistance du corps médical au bien être des gens - 13 janvier 2013 à 13 h 01 min

Les commentaires sont fermés.