Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Le revenu disponible mérite un nouvel indice

En réponse à l’article d’André Gavillet (DP n° 1658), Géraldine Savary, conseillère nationale socialiste, plaide en faveur d’un indice du pouvoir d’achat.

Il n’y a plus guère que DP à se passionner pour la question de l’indice
des prix à la consommation (IPC). Et pourtant. Nous devrions savoir que
l’innocuité des statistiques cause parfois bien des dégâts en politique.

Quel est l’enjeu central dans la discussion sur le calcul de l’indice
des prix à la consommation ? D’abord, un constat sur lequel tout le
monde est d’accord. La question du pouvoir d’achat des ménages est au
cœur du débat politique. Observons brièvement, avant le baisser du
rideau, les empoignades autour de la votation sur la libre circulation
des personnes. La politique étrangère de la Suisse a été prise en otage
dès le départ par la menace d’une baisse des salaires.

La gauche, les syndicats, sont conscients du problème depuis longtemps
; et depuis longtemps ils plaident pour une amélioration du pouvoir
d’achat. La tendance actuelle serait même de briser certains tabous.
Pour certains, le combat se mène aujourd’hui sur le terrain des prix
plus que sur celui des salaires. C’est pour cette raison que le groupe
socialiste aux Chambres fédérales a déposé une série de propositions
parlementaires demandant, qui une politique de baisse des prix, qui une
mise en œuvre rapide du principe du «Cassis de Dijon», qui une
accélération de la décartellisation, etc. Médicaments, assurances,
prestations bancaires, produits de consommation : tout serait trop cher
en Suisse et le niveau des prix constituerait la source principale qui
expliquerait la médiocrité du pouvoir d’achat des ménages.

Compenser les hausses de primes de l’assurance maladie

La gauche aurait pourtant tort de faire de la question des salaires une
revendication dépassée, de lâcher la proie pour l’ombre, la fiche de
paie pour le ticket de caisse. Comme le dit André Gavillet, «la défense
des salaires réels, c’est la compensation de l’inflation et le maintien
du revenu disponible». Et comment l’inflation est-elle évaluée ? Quel
outil utilisent les partenaires sociaux pour négocier les augmentations
de salaire nécessaires à la compensation du renchérissement ? L’indice
des prix à la consommation. Or nous savons que l’IPC ne reflète pas le
pouvoir d’achat des ménages. Nous savons qu’il ne dit rien du revenu
disponible. Et nous savons aussi que la hausse des primes d’assurance
maladie pèse lourdement sur le niveau du pouvoir d’achat. L’Office
fédéral de la statistique connaît ces chiffres. Grâce à un indice
spécifique, l’IPAM, nous pouvons constater qu’une progression de 7% des
primes amoindrit le revenu disponible moyen de 0,5%. Ce problème n’est
d’ailleurs pas nouveau. DP, dans les années nonante déjà, s’en était
fait l’écho. Mais il devient criant, injustifiable même, quand des
hausses de primes aussi importantes s’accumulent année après année.

Alors que faire pour que soit mis sur pied un véritable instrument
statistique ? Ce que les socialistes demandent, c’est la création d’un
indice du pouvoir d’achat, susceptible d’offrir mois après mois, année
après année, l’évolution du pouvoir d’achat. Que cet indice prenne
notamment en compte l’assurance maladie et permette de compenser
l’augmentation des primes.

Certes, les objections soulevées par André Gavillet sont justifiées.
C’est vrai que l’introduction des primes d’assurance maladie dans
l’actuel indice des prix à la consommation pose des problèmes
méthodologiques. Mais il reconnaît aussi que l’IPC ne reflète pas le
pouvoir d’achat réel des ménages. Et il plaide à juste titre pour une
différenciation méthodologique entre la question des prix et celle du
pouvoir d’achat qui doit nécessairement prendre en compte les dépenses
de transfert (impôts, assurances, dons). On diverge simplement sur la
conclusion. Il ne s’agit pas d’inventer un nouvel instrument bricolé et
inefficace, mais bien de mettre sur pied un véritable indice du pouvoir
d’achat, que cet outil serve de base aux négociations salariales et
puisse à terme remplacer l’IPC dans les négociations salariales.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8743
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8743 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP