Mode lecture icon print Imprimer

L’eau sous pression à l’OMC

icone auteur icone calendrier 15 avril 2005 icone PDF DP 

Thématiques

La distribution et le traitement de l’eau figurent à l’ordre du jour des négociations sur la libéralisation mondiale des services. Cette constatation sonne étrangement en Suisse. L’eau appartient aux communes et sa distribution est considérée comme un service public par excellence. Il en va tout autrement chez les grands voisins qui nous entourent. En France, comme en Allemagne, de puissantes entreprises se sont spécialisées dans la distribution de l’eau. Elles ambitionnent d’exporter plus largement leur savoir-faire et leurs affaires à la faveur de l’AGCS (Accord général sur le commerce des services). L’Union européenne a relayé les intérêts de ses multinationales. Elle a demandé à la Suisse d’ouvrir la distribution de l’eau à la concurrence étrangère. Berne a refusé pour d’évidentes raisons. Parce qu’aucune entreprise privée suisse n’ambitionne de conquérir une part du marché de l’eau, parce que le système helvétique fonctionne et que l’on voit mal quels seraient les avantages d’une mise en concurrence de ce service et, surtout, parce que les communes se sentiraient menacées dans leur patrimoine.
Le Conseil fédéral a pris l’engagement public de ne pas négocier sur l’eau. A moins de considérer que les hommes politiques sont «tous pourris», nous devons prendre acte. D’aucuns craignent que le Conseil fédéral sera contraint de changer d’avis sous la pression de l’Union européenne. On peut toujours se faire peur. Mais l’objet n’est pas prioritaire pour Bruxelles et les négociateurs suisses ne sont pas nés de la dernière pluie. Ils sont d’ailleurs étroitement contrôlés de l’intérieur par les communes et leurs multiples relais politiques ou, en dernier recours, par la voie référendaire.
La Suisse s’extrait donc de la gestion mondiale de l’eau. Il en va autrement pour les pays de la sécheresse qui pourraient rechercher l’aide des multinationales avec tous les risques que cela comporte. L’eau, devenue une simple marchandise, pourrait devenir inaccessible aux plus pauvres. Le débat est planétaire. La Suisse ne devrait pas se contenter d’en rester spectatrice (cf. article en page 2). at

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8688
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8688 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.