Mode lecture icon print Imprimer

WEF : Davos : utiles rencontres et vaines gesticulations

icone auteur icone calendrier 4 février 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Le spectacle du rendez-vous annuel mondain de Davos nous arrache tour à tour applaudissements et sifflets. Saluons l’amorce de dialogue entre Israéliens et Palestiniens. Apprécions l’occasion donnée au Conseil fédéral de trouver, pour quelques heures, les contacts dont il est privé par l’isolement de la Suisse. Espérons que le plan Marshall pour l’Afrique préconisé par Tony Blair et quelques autres paroles envolées de Davos ou de son concurrent le Forum social de Porto Alegre fassent bouger, même d’un millimètre, le débat sur une mondialisation plus équitable.
Mais les bons sentiments totalement gratuits affichés par les Davosiens agacent. Lorsque 65% d’entre eux se prononcent en faveur d’une lutte contre la pauvreté, lorsque Jacques Chirac propose des variantes irréalistes de la taxe Tobin, on ne peut que parler de vaines gesticulations. Les opposants, de leur côté, ne sont pas toujours crédibles. L’opération Public Eye mise sur pied par plusieurs ONG pour concurrencer le tintamarre médiatique de Davos a utilisé les aléas du vote par Internet pour désigner les multinationales les plus incorrectes et a servi du café froid. Elle a notamment sanctionné Dow Chemical et Nestlé pour des faits vieux de plusieurs décennies. Les ONG, d’ordinaire plus rigoureuses, ne gagnent rien en crédibilité de ce quiz médiatique. On préférera par exemple une autre initiative de Public Eye qui, en marge de Davos 2003, publiait un code de bonne conduite pour les investissements responsables dans le monde. De grandes banques ont suivi la tendance. Elles ont élaboré des règles analogues (Equator Principles) que vingt-huit d’entre elles ont appliquées à des opérations de financement dans le tiers-monde, pour un montant de quelque cinquante millions de dollars. Les mêmes banques investissent annuellement cinquante-cinq milliards de dollars. Elles se donnent donc bonne conscience à peu de frais. Mais c’est une brèche dans le système, l’introduction de critères autres que ceux de la sécurité et de la rentabilité. at

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8681
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8681 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.