Mode lecture icon print Imprimer

Médias : La couleur du fait divers

icone auteur icone calendrier 23 avril 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Un débat récurrent occupe les médias : faut-il oui ou non mentionner la nationalité ou l’origine des auteurs présumés de crimes ou délits ? Il y a un mois, dans l’émission de la TSR Mise au point, les partisans du «non» faisaient remarquer qu’il est inutile de stigmatiser une population si la nationalité ou l’origine ne sont pas des faits significatifs dans une affaire de ce type. Les partisans du «oui» estimaient, quant à eux, que l’on ne peut pas toujours publier ce qui plaît et qu’il faut éviter de verser dans le politiquement correct. La population a le droit de savoir. Faudra-t-il un jour taire le sexe d’un ou une criminelle parce que c’est discriminatoire ? La nationalité (voire même la couleur de peau, pour le rédacteur en chef du Matin qui justifie cette précision en disant que c’est également un élément de compréhension dans le domaine du sport ?), en tant qu’elle est un facteur explicatif, devrait donc être mentionnée.
Quelle politique d’information faut-il donc choisir ? Tout d’abord, il est évident que le principe de transparence a un certain nombre de limites, en particulier liées au respect de la sphère privée. Toutefois, on ne voit pas pour quelle raison il faudrait occulter des informations que les lecteurs ou spectateurs apprendront probablement par le biais d’autres sources moins recommandables, la rumeur ou le «on-dit». Ce serait partir du principe que la population n’est pas capable de discernement et cela n’est pas souhaitable. De plus, si le rôle des médias se limite à évoquer l’existence d’un délit ou d’un crime, sans autres précisions, autant renoncer à en parler. Il n’est d’ailleurs pas certain que la qualité générale des nouvelles y perdrait.

La nationalité n’explique pas tout
D’un autre côté, si les journalistes publient ce genre d’informations en évoquant la nationalité ou l’origine et se justifient en parlant de facteurs significatifs ou explicatifs, ils seraient plus honnêtes s’ils faisaient également figurer systématiquement dans leurs articles d’autres précisions : situation familiale, lieu d’habitation, catégorie socio-professionnelle, niveau de revenu, par exemple. Sinon ils décident implicitement (d’autant plus quand la nationalité apparaît déjà dans le titre ou le chapeau d’un article), sans aucune base scientifique, que le facteur national (ou «ethnique») est seul ou en majeure partie déterminant. Ce qui est faux, du point de vue de la criminologie, et occulte des éléments plus pertinents. Quand 24 heures (19 novembre 2003) justifie sa position de publier l’information en écrivant que la recherche de vérité, en matière de faits divers, «s’incarne en des personnes qui ont un sexe, un âge et une nationalité», on s’inquiète de voir à quoi peut se réduire un être humain et des situations pourtant toujours complexes. L’information est, dans ce cas, clairement lacunaire.
En Suisse, la criminalité n’est pas le fait majoritaire des étrangers mais des catégories de population les plus défavorisées. «Les risques qui sont à l’origine de la criminalité sont particulièrement grands lorsque plusieurs facteurs sont réunis : un statut social bas, une désintégration sociale, une mauvaise formation et des perspectives d’avenir minimes» (www.snf.ch/ fr/ com/prr/prr_arh_00jun20.asp, Fonds national suisse de la recherche scientifique, communiqué de presse du 20 juin 2000). Ce genre de données, ainsi que la forte proportion de jeunes hommes parmi les étrangers, permet d’expliquer, en grande partie, leur surreprésentation dans les statistiques de délinquance et criminalité. C’est peut-être cela qu’il faut dire et répéter. Informer, oui, mais complètement.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8382
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8382 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.