Mode lecture icon print Imprimer

CCT des charpentiers alémaniques : Les patrons se moquent du partenariat social

icone auteur icone calendrier 15 avril 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Quelques heures avant la fin du travail, le patron invite ses employés à le suivre jusqu’à une assemblée, où le président de l’association patronale et les responsables des syndicats minoritaires, syna (membre de travail.suisse) et Société des employés de commerce (SEC), vantent les mérites de la nouvelle CCT, puis récoltent des signatures en sa faveur. A l’entrée, des securitas, voire même en Thurgovie la police cantonale, veillent à ce qu’aucun syndicaliste d’Unia, majoritaire, ne vienne mettre son grain de sel.
Cette scène irréelle concerne le renouvellement de la CCT des charpentiers alémaniques, laquelle englobe un peu plus de douze mille travailleurs. Patrons (Holzbau Schweiz) et syndicats minoritaires veulent marginaliser Unia, qui a contesté devant les tribunaux la sécession de Holzbau Schweiz d’avec la Société suisse des entrepreneurs (SSE) afin d’éviter à ses membres d’avoir à appliquer l’accord entre SSE et Unia instaurant la retraite anticipée. Holzbau l’a donc exclu des négociations. Le but de ces assemblées est d’obtenir plus de six mille signatures pour la nouvelle CCT, afin d’arracher au seco la déclaration de force obligatoire. Le tout est orchestré en coulisse par le cabinet de «consulting» Brugger, la banque cantonale de Zurich et economiessuisse, réunis pour l’occasion au sein du «réseau suisse des entrepreneurs» (Unternehmernetzwerkschweiz), qui tentent d’imposer ce qu’ils appellent un «partenariat social renouvelé». Le terme «imposer» n’est pas excessif, puisque police privée et force publique sont indispensables à la récolte des signatures. Pour Unia, syna n’est qu’un «syndicat jaune» (surnom traditionnel des briseurs de grèves) qui collabore sans vergogne avec le patronat, se plaçant au besoin sous sa protection. Syna rétorque qu’Unia est particulièrement rétive à la négociation et rejette toute responsabilité au sujet de l’organisation des «assemblées de travailleurs».
Si le seco devait accepter la déclaration de force obligatoire pour la nouvelle CCT, il créerait un dangereux précédent. Car une CCT est avant tout un contrat entre partenaires sociaux, c’est-à-dire entre patronat et syndicat («associations de travailleurs», Art. 356 al. 1 ch.1 CO). Le «partenariat social renouvelé», dont Holzbau Schweiz fait la promotion, n’est qu’une tentative déguisée de marginaliser les syndicats trop peu coopératifs au goût des patrons. Les «assemblées de travailleurs» où l’on récolte des signatures ne trompent personne : les employés n’ont bien souvent pas d’autre choix que celui de coopérer. Les six mille signatures seront d’ailleurs très vraisemblablement récoltées. En revanche, les syndicats qui ont cautionné ce simulacre de partenariat social ne recueillent que peu d’écho. Syna, qui comptait profiter de l’occasion pour regagner du terrain sur Unia, n’a recruté pratiquement aucun nouveau membre. jcs

L’auteur est secrétaire central à la jeunesse Unia
www.unternehmernetzwerkschweiz.ch

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8328
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8328 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.