Mode lecture icon print Imprimer

Enseignement : Le numerus clausus aux portes du gymnase

icone auteur icone calendrier 29 avril 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Les cantons des Grisons et de Glaris ont pris une mesure d’économie drastique. Pour éviter d’avoir à ouvrir des classes supplémentaires dans leurs gymnases, ils ont décidé de limiter le nombre de places disponibles et, au besoin, refuser l’accès aux écoles de maturité à des élèves ayant pourtant réussi les examens d’entrée. A Glaris, seize élèves n’ont pas été admis en prégymnasiale (classe du secondaire I menant aux écoles de maturité). Le canton des Grisons s’est quant à lui donné pour objectif de diminuer temporairement de 10% le nombre d’élèves des écoles secondaires supérieures jusqu’en 2007, là aussi grâce à un numerus clausus. Malgré une importante levée de boucliers, il est malheureusement probable que ces cantons ne reviennent pas en arrière et que ces numerus clausus aux portes du gymnase soient entérinés définitivement. Cette limitation de l’accès aux écoles de maturité n’est pas un cas isolé. Le canton de St-Gall la pratique depuis une vingtaine d’années et n’hésite pas non plus à refuser l’entrée de la prégymnasiale à des élèves ayant réussi leurs examens d’entrée. La Conférence des directeurs cantonaux de l’Instruction publique (CDIP) a protesté par la voix de son président Hans-Ulrich Stöckling (SG, PRD), arguant que «toute personne qui a réussi ses examens doit être admise à l’école». Mais celui-ci n’a rien trouvé à redire au sujet du système de son propre canton, soulignant que l’examen d’entrée au gymnase reste ouvert à tous.

Les milieux modestes pénalisés
Ces décisions glaronnaise et grisonne sont consternantes. En premier lieu parce qu’exclusion rime presque toujours avec sélection sociale. Plus elle est sévère, moins les enfants issus des milieux modestes ont accès à la formation en question. L’étude PISA a d’ailleurs montré que la Suisse, où la sélection est très forte, a l’un des systèmes éducatifs les plus inégalitaires parmi les pays industrialisés. Ensuite, parce que c’est au moment de l’entrée au gymnase que s’opère une sélection décisive en vue de la formation universitaire. Bien plus que l’accès aux hautes écoles, c’est l’accès à la maturité qui doit être ouvert à tous, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.
Restreindre l’accès aux écoles de maturité pose un problème supplémentaire à l’heure de la pénurie de places d’apprentissage. Les élèves qui ne pourront pas fréquenter les gymnases se rabattront fatalement sur une formation professionnelle duale et leurs chances d’obtenir une place seront nettement plus élevées que celles de leurs camarades qui n’ont pas le même niveau scolaire. Même sans numerus clausus, on constate aujourd’hui que les entreprises donnent de plus en plus la priorité aux anciens élèves des voies prégymnasiales (quand ce n’est pas carrément à des titulaires de maturité) lorsqu’elles attribuent leurs places de formation. Ce numerus clausus a donc pour effet d’aggraver l’exclusion des élèves les plus «faibles» de la formation secondaire supérieure. jcs

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8327
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8327 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.