Mode lecture icon print Imprimer

Allemagne : Le SPD perd sa gauche

icone auteur icone calendrier 7 janvier 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Les membres de la «Wahlalternative Arbeit und
Soziale Gerechtigkeit» (alternative électorale travail et justice
sociale) viennent de décider de se constituer en parti politique. Ils
présenteront des listes lors des élections régionales de Rhénanie du
Nord-Westphalie au printemps prochain et des législatives nationales en
2006. La création de ce nouveau parti a été soutenue par une partie de
l’intelligentia de gauche et pilotée par certains syndicats. De
nombreuses «têtes pensantes» de la gauche allemande, de même que
plusieurs cadres syndicaux font partie des membres fondateurs. Tous
affiliés au parti social-démocrate (SPD), ils l’ont quitté comme plus
de 44 000 autres membres en 2004 ou ils en ont été exclus. La
«Wahlalternative» veut reconquérir l’électorat ouvrier qui, déçu des
«réformes sociales» des socio-démocrates et des Verts au pouvoir, s’est
réfugié dans l’abstention ou le vote protestataire (parfois
néocommuniste, mais surtout néo-nazi).

Une rupture inéluctable
Par
la création de ce nouveau parti, les syndicats allemands ont
définitivement rompu avec la social-démocratie, malgré les liens
étroits qu’ils ont entretenus pendant des décennies avec le parti de
Willy Brand et de Gerhard Schröder. La rupture entre les syndicats et
leur ancien bras politique était peut-être inéluctable, vu la
dégradation de leurs relations et l’ampleur de leurs différences
idéologiques. Mais elle ne va pas sans poser un certain nombre de
questions. Il n’est ainsi pas sûr que la base des syndicats puisse
couper si facilement les ponts avec le SPD. Les centrales syndicales ne
sont elles-mêmes pas unanimes. Si la majorité d’entre elles s’est
violemment opposée à la politique libérale du chancelier Schröder,
certaines, comme le syndicat des mines et de la chimie IGBCE,
désapprouvent la rupture, estimant que le gouvernement actuel reste un
moindre mal. Nul n’ignore que l’opposition chrétienne-démocrate
(CDU/CSU) et libérale (FDP) peaufine des projets encore plus «libéraux»
que ceux du SPD et des Verts. Quant au succès électoral de la
«Wahlalternative», il est encore hypothétique. Les sondages le
créditent d’un score inférieur à 10% des voix. A gauche on lui reproche
de provoquer de facto le retour au pouvoir de l’opposition en privant
les sociaux-démocrates de précieux suffrages.
Il faut toutefois
souhaiter aux membres des syndicats allemands que cette scission soit
un succès. Un échec les priverait de tout relais politique, laissant
libre cours aux réformes libérales, qu’elles soient le fruit d’un
gouvernement SPD-Verts ou CDU/CSU-FDP. Cette scission doit aussi servir
d’exemple aux syndicats et aux partis socialistes des autres pays
européens. Les syndicats, s’ils veulent conserver leur crédibilité,
doivent avoir le courage de se démarquer des socialistes si la
politique de ces derniers nuit aux intérêts de leurs membres. Quant aux
socialistes, ils doivent comprendre qu’il est impossible de conjuguer
leur héritage de partis ouvriers avec le libéralisme ou la «troisième
voie» souhaitée par certains de leurs dirigeants. jcs

www.w-asg.de

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8318
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8318 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.