Mode lecture icon print Imprimer

Hautes écoles : Les étudiants pour la hausse des taxes universitaires ?

Fin 2002 s’est créée l’Association des étudiants des hautes écoles suisses (AES), qui regroupe les étudiants des deux Ecoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich et de l’Université de Saint-Gall et qui a pour but de concurrencer l’Union des Etudiant-e-s de Suisse (UNES), l’organisation nationale historique de défense des étudiants et de la formation tertiaire.
La création de cette association, encouragée par le secrétaire d’Etat à la science et à la recherche Charles Kleiber en personne (c’est en tout cas ce qui ressort d’un procès-verbal d’une assemblée interne d’une des associations membres de l’AES), a eu surtout pour effet d’affaiblir le mouvement étudiant dans son ensemble. L’AES, qui se veut «pragmatique et responsable», juge l’UNES et ses revendications «utopiques et tâchés d’idéologie».

Des avis favorables
à la hausse des taxes
Pour accentuer son côté «pragmatique», l’AES a décidé d’appuyer ses propositions d’un sondage d’opinion auprès des étudiants des trois hautes écoles qu’elle est censée représenter. Ce dernier semble à première vue apporter de l’eau au moulin des milieux souhaitant une hausse des taxes universitaires : une majorité des étudiants accepteraient des taxes d’un peu plus de 2000 francs par an, contre une moyenne actuelle d’environ 1 200 francs. L’association saute sur l’occasion et annonce qu’elle soutient, voire revendique, une hausse de cet ordre. Elle pense ainsi se profiler comme la force de compromis entre les revendications de l’UNES (qui s’oppose à toute nouvelle barrière financière aux études) et des milieux économiques qui exigent une hausse des taxes à 5 000 francs (cf. DP n° 1589).

Un sondage peu crédible
Malheureusement, le sondage avec lequel l’AES étaye ses propositions est bancal, tant au niveau de l’échantillon sondé qu’au niveau de la méthode. Les EPF et l’université de Saint-Gall ne contiennent qu’un nombre limité de facultés : seules les sciences naturelles, l’économie et le droit y sont enseignés. Le sondage ne prend donc pas en compte l’avis des étudiants des autres domaines. De plus, la structure de la population étudiante de ces trois hautes écoles est différente des autres : EPF et Université de Saint-Gall ne comptent par exemple qu’un tiers d’étudiantes contre plus de la moitié dans les autres universités. Ce détail a son importance : en effet, selon le sondage de l’AES, les étudiantes seraient plus favorables à une diminution des taxes que leurs collègues masculins. La part des étudiants étrangers y est aussi plus élevée.
Ensuite, la façon de poser les questions est imprécise. «Quel montant jugerais-tu juste de payer ?», suivi d’une case blanche pour d’éventuels commentaires, est une question trop ouverte pour en tirer des résultats significatifs. Nul doute que les avis eussent été autrement moins favorables si la question avait été : «Acceptes-tu aujourd’hui une hausse des taxes de huit cents francs ?». Enfin, ce sondage, uniquement destiné aux étudiants, laisse de côté la part de la population qui, pour des raisons financières, ne peut faire d’études universitaires et le pourrait encore moins si les taxes devaient être augmentées. A cet égard, la proposition de l’AES est à la fois irréfléchie et inadéquate.
Tirer des revendications politiques de portée nationale d’un sondage, qui plus est imprécis et peu représentatif, est peu responsable. Les associations d’étudiants ont souvent de la peine à apparaître comme des acteurs crédibles du débat sur la politique de la formation. Ce n’est pas à coup de propositions bricolées avec des sondages bancals qu’elles y parviendront.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8304
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8304 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.