Mode lecture icon print Imprimer

OMC : Penser au – delà de 2005

icone auteur icone calendrier 20 mai 2005 icone PDF DP 

Thématiques

La Suisse ne fait pas que prendre des engagements, c’est-à-dire ouvrir ses portes aux fournisseurs de services étrangers. Elle demande aussi aux autres pays de libéraliser leurs services. Et il faut bien se rendre compte que, dans ce domaine, la Suisse est un poids lourd. Rien à voir avec les négociations dans le domaine des tarifs pour les marchandises, où les grands fournisseurs dictent leurs volontés aux petits et dans lesquelles la Suisse ne pouvait que glaner des bruits de couloir en attendant que tout soit décidé.
La Suisse pèse 26 milliards de francs par an dans la balance du commerce de services, autant que l’Europe des 15 ! Et ceci est dû à tous les services qu’elle exporte : banques et assurances évidemment, mais aussi les services de transport, y compris spatial, de maintenance, les services professionnels ou la communication. Il n’y a guère de domaines où les entreprises suisses n’exportent pas.
Forte d’un tel poids, la Suisse pousse à la libéralisation dans les autres pays. Si on examine la liste des requêtes de notre pays sur le site du seco, on peut lire «la Suisse demande à tous les pays qui ne l’ont pas encore fait, c’est-à-dire la quasi-totalité, d’accorder aux personnes transférées à l’intérieur d’une même entreprise une entrée temporaire de cinq ans, sans restriction.» Dans le domaine des services financiers, il existe une réglementation prudentielle ; la Suisse demande aux autres pays membres l’abolition de la clause du besoin, la levée des quotas, la possibilité d’obtenir la majorité du capital d’une entreprise, etc. Ou encore, dans le domaine des assurances, la Suisse demande aux «membres de prendre des engagements complets dans la gestion d’actifs, un secteur très stable et très important pour la place financière suisse.» On voit donc que notre pays est un fer de lance de la libéralisation des services dans le monde. Par contre, le commerce des services dans l’Union européenne est bien plus libéralisé qu’en Suisse et il sera au cœur des négociations bilatérales III. DP reviendra en profondeur sur ce sujet, en particulier sur la directive Bolkestein qui a déjà fait couler tant d’encre chez nos voisins. cr

www.seco-admin.ch
(thèmes, politique économique extérieure)

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/7968
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/7968 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.