Mode lecture icon print Imprimer

Electricité : Un remède pire que le mal

icone auteur icone calendrier 21 janvier 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Le Conseil fédéral affirme que la libéralisation du marché de l’électricité permettra de faire baisser les prix, prétendument trop élevés par rapport à nos voisins, et qu’il s’agit là d’une contribution à la relance économique. Or, en raison de la nature de l’offre et de la demande en électricité, le remède du Conseil fédéral sera pire que le mal.
Du côté de la demande, la consommation électrique est pour l’essentiel déterminée par des appareils dont la consommation ne peut pas être adaptée à court terme sans causer d’énormes dommages. C’est donc une demande très inélastique. De plus, cette demande est en croissance structurelle, en l’absence de mesures d’économies d’énergie suffisamment fortes.
Du côté de l’offre, il y a aussi une forte rigidité : les capacités de production à un moment donné sont limitées et ne peuvent pas être augmentées rapidement. En effet, même pour de petites installations, le délai d’investissement est de plusieurs années. Dans ces conditions, la théorie économique enseigne que les prix exploseront dès que la demande dépassera l’offre. Et c’est exactement ce que l’on a pu observer lorsque la canicule de 2003 a augmenté la consommation des climatiseurs. Accessoirement, on comprend qu’il est fort aisé de faire monter les prix pour améliorer les bénéfices de la branche : il suffit de débrancher une centrale électrique au moment critique, par exemple en prétextant une révision.

Combattre les disparités régionales
Croire que la libéralisation fera baisser les prix est naïf sinon coupable, comme le montre un regard hors de nos frontières. Par contre, il serait utile de renforcer la surveillance des prix pour lisser les disparités excessives. Dans le même esprit, il serait judicieux que les collectivités publiques regroupent les innombrables sociétés électriques locales en entités régionales plus solides et efficaces.
Si l’on entend assurer un approvisionnement électrique à des prix raisonnables, il faudrait plutôt faire un effort volontariste dans les investissements pour éviter la pénurie : d’une part en améliorant l’efficacité énergétique du parc d’appareil, d’autre part en accroissant la production d’énergie, de préférence renouvelable. Malheureusement, l’instabilité des prix créera une incertitude telle que les investissements se feront au meilleur marché, c’est-à-dire en construisant des turbines à gaz et des génératrices, qui offrent les meilleurs prix à court terme et le pire bilan environnemental.
En l’absence de cadre légal fédéral, ce sont finalement les managers des grandes entreprises électriques qui dictent la politique énergétique de notre pays. Et l’histoire récente montre que leurs intérêts n’épousent pas toujours l’intérêt général. De ce fait, il y aurait donc de bonnes raisons de poser un cadre légal volontariste permettant de résoudre les problèmes les plus cruciaux. Après le rejet de la Loi sur le marché de l’électricité en 2002, une commission d’experts avait permis de trouver un compromis entre les électriciens, les organisations environnementales et les syndicats. Mais le Conseil fédéral a décidé de s’en écarter en accélérant la libéralisation et en affaiblissant les exigences en matière d’énergies renouvelables. Si les Chambres n’inversent pas la vapeur, le référendum est inéluctable. rn

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/6921
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/6921 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.