Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Christoph Blocher : Ce n’est pas Fini. C’est pire !

Gianfranco Fini – leader de Alleanza nazionale en Italie – aurait évolué : il ne serait plus post-fasciste (Le Temps, 24 novembre). Et Christoph Blocher ? Lui ne prétend pas avoir changé. Il veut être élu tel quel. Mais qui est-il ? Disons-le : c’est un homme d’extrême droite, mais assez roublard pour attirer les sans-mémoire. Or un minimum de mémoire est utile, à la veille de 10 décembre.

Le redresseur national et le macho
Durant des années une officine conservatrice, le Redressement national (RN) fondée dans l’immédiat après-guerre, menait des campagnes contre tout ce qui était progressiste en Suisse, la création de l’AVS ou encore la révision de la Constitution (projet Fürgler) par exemple. Le RN disait avoir «les pieds chez les bourgeois, mais la tête au-dessus» (sic). Dans ces milieux, on trouvait Ernst Cincera, le «ficheur privé» des Suisses coupables de penser trop à gauche, ou encore Ulrich Schlüer, actuel conseiller national UDC et éditeur du libelle d’extrême droite Schweizerzeit. Le RN plut à Blocher, qui y adhéra et devint membre actif du comité. Les positions du RN devinrent celles de Blocher, sauf quand il se montrait plus extrémiste que les membres du RN !
C’est ainsi qu’en 1984, le RN et Blocher partirent en campagne contre le nouveau droit matrimonial, lequel – horreur ! – introduisait l’égalité entre le mari et sa femme. En réalité, les membres du RN votèrent majoritairement pour la nouvelle loi, mais Blocher et le comité passèrent outre et engagèrent le RN dans la lutte contre cette loi. Déjà un putsch dans sa propre association. Bien plus tard, en novembre 1997, on retrouve Blocher appuyant des illuminés valaisans qui, grâce à des affiches représentant des fœtus sanguinolents, diffamaient des politiciennes PDC et PS coupables de vouloir dépénaliser l’avortement. Aujourd’hui encore, il assimile les socialistes aux nazis, parce qu’ils sont partisans (avec le Conseil fédéral, le Parlement et beaucoup de gens) de l’assurance maternité, d’ailleurs inscrite depuis plus de cinquante ans dans la Constitution) : cette assurance refléterait un natalisme völkisch, terme créé et utilisé par Hitler, et heureusement intraduisible en français

Le défenseur de la «race blanche» et l’antisémite larvé
Au temps de l’apartheid, Blocher était, avec de nombreux milieux économiques il est vrai, l’un des défenseurs efficaces du racisme d’Etat, grâce à l’association Arbeitsgruppe Südliches Afrika (ASA) qu’il animait. Le Bulletin de l’ASA soutenait même les lois sud-africaines punissant de sept ans de prison les relations sexuelles, y compris la simple tentative, entre personnes de «races différentes». En Suisse, Blocher, il est vrai, s’est habilement abstenu lors du débat sur l’introduction d’une norme pénale antiraciste. Ce qui ne l’a pas empêché, plus tard, de regretter publiquement l’adoption de cette norme !
Lors de l’affaire des fonds ayant appartenu à des Juifs disparus dans l’holocauste, Blocher a activement mené campagne contre «le chantage des Juifs pour de l’argent». Il n’a cessé de jouer avec le cliché antisémite le plus éculé, celui des Juifs cupides. Il n’a pas eu un mot pour critiquer les mensonges des banques et des assurances sur les fonds en déshérence. Il n’a jamais admis que la Suisse doive, comme de nombreux autres pays, discuter de son passé. Il a tiré à boulets rouges contre la Commission Bergier, dont la qualité du travail a pourtant été unanimement reconnue. Cela n’étonne pas de la part d’un politicien qui a mis très longtemps avant d’expulser de l’ASIN (Action pour une suisse indépendante et neutre qu’il préside) de vieux nazis notoires tels Gaston-Armand Amaudruz et Walter Fischbacher. Ni de la part de quelqu’un qui participe à des réunions où de nombreux nazis et skins font de l’agitation (Zurich, septembre 1995 ; Bülach, mars 1998).

L’anti-démocrate et l’anti-social
Blocher se réfère constamment au «peuple», qui serait sain, par opposition à la «classe politique», corrompue (sauf lui, bien sûr). Ce grand démocrate ne cesse de diffamer les autres partis, qui seraient coupables de «plumer la Suisse» (sa dernière affiche avec le poulet). Pire : tous excepté lui seraient des «Linken und Netten», c’est à dire des gens de gauche ou de gentils naïfs. Tous les adversaires politiques de Blocher sont «heimatmüde» (littéralement : ils en ont marre de la patrie). Ils sont tous du côté des criminels (l’affiche avec l’agresseur au couteau). L’Union européenne – notre principal partenaire – est figurée sur une autre affiche par une botte semblable à celle des nazis (il fallait oser), écrasant un bulletin de vote !
Blocher s’est même joint, un temps, aux partisans d’une privatisation de l’AVS (Livre Blanc de Pury, 1995), ou d’une fusion de l’AVS avec le deuxième pilier, jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que même ses propres troupes UDC ne le suivaient pas sur ce terrain, et qu’il risquait de perdre beaucoup d’électeurs. Il est toujours pour une AVS de subsistance minimale, même si son opportunisme actuel l’empêche d’en faire état publiquement. Et il n’hésite pas à diffamer l’ensemble des invalides en les faisant passer pour des simulateurs.

Le manipulateur de chiffres
Grâce à ses millions, Blocher peut se payer des tous-ménages, où il refait des analyses économiques à sa façon, pour démontrer que tout va bien chez nous et que l’on n’est pas en récession, malgré le refus de l’Espace économique européen en 1992. Or, tous les économistes admettent un retard de croissance de la Suisse par rapport à ses voisins européens. Blocher fait ses démonstrations en utilisant une donnée économique périmée, le PNB (produit national brut), que plus personne n’utilise : le PNB prend aussi en compte les revenus gagnés à l’étranger, au contraire de l’indicateur accepté aujourd’hui, le PIB (produit intérieur brut).

Le nain de jardin
Par son nationalisme étroit (alors même qu’il est bien placé, avec sa firme EMS-Chemie, pour savoir combien la Suisse dépend de l’étranger), par ses campagnes haineuses contre les réfugiés, pour lesquels il a préconisé – heureusement sans succès – un droit d’exception, par ses allusions xénophobes, par son mépris de tout ce qui est étranger, international ou européen, par son agitation contre toutes les autorités fédérales, y compris contre le Tribunal fédéral (coupable d’avoir constaté que les naturalisations par le peuple peuvent conduire à l’arbitraire), Blocher s’est définitivement disqualifié pour gouverner la Suisse. Il serait un lourd ballast tant pour le Conseil fédéral que pour notre image internationale.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/6821
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/6821 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP