Mode lecture icon print Imprimer

Syndicats : Quelle stratégie contre la sous-enchère salariale ?

icone auteur icone calendrier 29 octobre 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Lors du congrès fondateur du nouveau syndicat UNIA, la fusion fut acceptée pratiquement à l’unanimité. Mais cette unanimité disparut lorsqu’il fut question de l’extension de la libre circulation aux nouveaux pays de l’Union européenne.
En présence, deux projets de résolution. Le premier, intitulé de manière très opportuniste «Oui à la libre circulation ! Non à la destruction des Conventions collectives», émanait de la région Ticino et Moesa. Annoncée bien avant le début du Congrès, cette résolution avait gagné en influence au fur et à mesure du rapprochement de l’échéance et des ralliements, notamment celui des sections romandes de l’ancien SIB, qui viennent de zones économiquement déprimées.
Le second projet, à l’intitulé tout aussi opportuniste «Faute de mesures pratiques contre le dumping social, Oui au référendum contre l’extension de la libre circulation des personnes aux nouveaux pays de l’UE», était déposé par le Comité central issu du processus de fusion. Il traduisait une réponse classique de la politique syndicale : vers l’extérieur, faire pression sur les Chambres fédérales et le gouvernement pour obtenir des mesures d’accompagnement garantissant un contrôle maximum, et à l’intérieur, contenir des mécontents très agressifs.

Un débat tendu
Aux interventions enfiévrées des tenants du référendum immédiat, parfois à la limite de la manipulation émotive, répondaient celles des représentants du Comité central qui durcissaient leurs critiques à l’égard de l’élargissement de l’UE pour espérer emporter le vote.
Les défenseurs du référendum différé, du «oui-si ?» sur le «oui-tout-de-suite», finirent par vaincre. Dans cet affrontement, il ne fut guère possible de développer sérieusement une troisième voie, malgré quelques rares tentatives d’écarter le rideau de fer des deux résolutions. Ainsi un délégué rappela que les travailleurs de ce pays sont – mondialisation oblige – en concurrence, non seulement avec les travailleurs polonais ou est-allemands, mais encore avec ceux du monde entier : Inde, Chine, etc. Un repli identitaire serait suicidaire, alors qu’il s’agit, pour résister, de développer et de coordonner des revendications syndicales au niveau international. Un autre délégué suggéra l’organisation d’un contrôle des pratiques salariales et des actions directes dans les entreprises et sur les chantiers pratiquant la sous-enchère salariale et privilégiant les rapports de travail non-conventionnels : travail au noir, gris ou temporaire.
Si la peur d’une sous-enchère salariale est bien présente parmi les salariés de Suisse, elle se révèle mauvaise conseillère quand elle débouche sur la revendication référendaire. Car la stratégie du tout ou rien peut conduire à la rupture des relations patiemment tissées avec l’Union européenne et rejeter la Suisse hors de la solidarité mondiale naissante entre les travailleurs.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/6701
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/6701 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.