Mode lecture icon print Imprimer

Urbanisation : La ville à trois vitesse

Pour la troisième fois en dix ans, la revue Esprit fait le point, avec la même pertinence, sur l’évolution de ce qu’elle appelle «la question urbaine», en quelque sorte la formulation contemporaine de la question sociale. Après avoir pénétré Dans la jungle des villes (n° 202, juin 1994) et observé Quand la ville se défait (n° 258, novembre 1999), voici donc La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation (n° 303, mars-avril 2004).
Sur un ton généralement grave mais sans céder au catastrophisme, une quinzaine d’auteurs évoquent les différents aspects de la ville-monde: essentiellement la marginalisation de la ville européenne, «trésor en passe de devenir un patrimoine» et la hiérarchisation des réseaux de villes, constitués et travaillant à l’échelle de la planète, du continent ou de la plus ou moins grande région. A l’intérieur d’elles-mêmes, les villes vivent des mutations qui les fragmentent, les déforment, les recomposent aussi, différentes, inégalement viables pour elles-mêmes et plus ou moins vivables pour leurs habitants. Pour ne rien dire des effets dévastateurs de disparités socio-spatiales accrues sur le développement de la très célébrée démocratie locale.
Au passage, Olivier Mongin, rédacteur en chef d’Esprit et par ailleurs auteur d’un excellent petit ouvrage intitulé Vers la troisième ville ? (Hachette, 1995), constate sans surprise l’échec de la politique de la ville, cet exercice mené en France à coups de proclamations successives, lancées par des gouvernements plus soucieux de marquer leur passage que d’affronter, dans la durée et la cohérence, la véritable question urbaine. Dernier avatar de cette politique, elle aussi fragmentée : le jour où se prenaient les décrets permettant la mise en oeuvre de «sa» Loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine, promulguée le 1er août 2003, Jean-Louis Borloo quittait ses fonctions de ministre délégué à la ville pour s’installer à la tête du superministère de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale, dans ce cabinet Raffarin III auquel personne ne prête la moindre chance de longue vie.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/6372
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/6372 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.