Mode lecture icon print Imprimer

Nouvelle gestion publique: Une écotaxe pour le cinéma

Les taxes d’incitation font tache d’huile : après la Loi sur la protection de l’environnement, c’est pour un objectif de politique culturelle qu’une commission d’experts propose une taxe encourageant la « cinédiversité ».

L’Allemagne ou la France connaissent une taxe sur tous les films diffusés en salle, dont le produit permet de financer des subventions dans le domaine cinématographique. S’inspirant directement des débats et réalisations dans le domaine de la protection de l’environnement, comme aussi des conceptions les plus en vogue sur le rôle respectif du marché et de l’État, une commission d’experts présidée par le professeur Pierre Moor, de l’Institut de droit public de l’Université de Lausanne, propose une voie différente : non pas une taxe purement fiscale, mais une taxe d’incitation ; et une taxe dont le but, à l’extrême, prévoit qu’elle ne sera pas perçue : les assujettis sont presque encouragés à éviter de la payer.
L’objectif suprême défini par la nouvelle Loi sur le cinéma proposée par les experts, c’est d’assurer la diversité : diversité culturelle, diversité des genres, diversité de la provenance ? Ce n’est pas à l’État de garantir par son action cette diversité Ð il en serait d’ailleurs bien incapable Ð mais à tous les acteurs impliqués. Il revient à l’État un rôle central, celui d’organiser la transparence et la liquidité de ce marché, et un rôle subsidiaire d’encouragement culturel et économique auquel aucun pays n’a pu renoncer. C’est pour financer cet effort qu’une taxe non pas générale mais d’incitation est prévue.

Taxe sélective

La taxe se monte au maximum à un centime par écran et par spectateur. L’astuce, c’est qu’elle n’est due que pour les films qui franchissent le seuil d’un nombre d’écrans occupés simultanément (nombre qui reste à fixer, il devrait par ailleurs varier selon les régions linguistiques et l’état du marché et exclure les écrans situés hors des grandes agglomérations). Les grandes productions internationales, et seulement elles, mais sans que cela soit discriminatoire, financeront l’aide à la diversité et au cinéma de qualité. Et si le seuil n’était jamais atteint, la taxe ne serait pas perçue parce que la diversité serait alors assurée : C.Q.F.D.
Outre l’intelligente récupération de la réflexion sur les taxes d’incitation, le projet de révision de la Loi sur le cinéma (mené tambour battant : commission nommée en juin 1998, projet publié en avril 1999) se présente comme un condensé des notions les plus évoluées du débat juridico-politique sur la nouvelle gestion publique : « observatoire » et évaluation législative ; délégation de l’activité opérationnelle au travers d’un contrat de prestations ; critique de la notion d’annualité budgétaire et mise en place d’un fonds pour assurer l’utilisation « coordonnée et planifiée, donc efficace et efficiente » de l’argent public. fb

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/574
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/574 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.