Mode lecture icon print Imprimer

Jura bernois : Une vision partielle et partiale

icone auteur icone calendrier 28 janvier 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Romand de Bienne depuis neuf ans, ayant des origines et suivi ma formation dans le Jura bernois, je suis dubitatif devant l’image de Bienne que vous projetez. Où devrais-je dire, une vision parmi d’autres, celle de son maire, Hans Stöckli. Si je ne nie pas son dynamisme au niveau économique (mais il a aussi un prix), son dynamisme au niveau des collaborations régionales, et particulièrement avec le Jura bernois, laisse songeur. Au vu de l’histoire et des réalités présentes, ses avis tranchés irritent jusqu’au sein même du PS du Jura bernois. N’hésitant pas à rechercher l’appui des maires UDC du Seeland pour se faire élire au Conseil national, ne désirant pas se rendre sur la place Fédéral soutenir les députés (tous partis confondus) du Jura bernois, ainsi que ceux des cantons du Jura, de Neuchâtel et du Valais, en faveur des crédits aux constructions des routes nationales. Alors que là pour une fois il y avait une vraie frustration, et des projets d’infrastructures routières à défendre en commun !
Revenons au grand sujet : le bilinguisme. Mais est-ce la personne politique la mieux placée pour en parler ? J’aurais aimé avoir l’avis divergent d’une personne ayant une vision moins «angélique» et marketing de la situation des francophones biennois ! Malgré les chiffres positifs, de nombreux Romands se font les porte-parole d’un recul de l’influence du français en ville de Bienne. Et historiquement ça s’explique. Ce sont les entreprises horlogères qui ont fait venir des ouvriers de l’arc jurassien vers Bienne. A l’image des grands noms de l’industrie horlogère, Omega ou Rolex, entreprises francophones, les Romands se sont implantés à Bienne.
A la suite de la crise de l’industrie horlogère des années septante, le pouvoir des sociétés francophones s’est amoindri et aujourd’hui les nouvelles implantations à Bienne sont le fait de multinationales situées en Suisse alémanique qui privilégieront l’allemand ou l’anglais comme langue de travail. Au niveau des sociétés actives dans les télécommunications, ce sont naturellement des groupes ayant leur centre de décision du côté de Zurich qui ont choisi de s’établir à Bienne. L’administration restet, par contre, majoritairement alémanique. De plus les campagnes de publicité en français sont inexistantes en ville. Les agences de publicité n’ont pas leur pareil pour sentir d’où vient le pouvoir réel dans une communauté !
Mais parlons d’avenir : le Jura bernois a besoin de Bienne, et Bienne a besoin du Jura bernois. Cependant pour Bienne, le Seeland est plus alléchant. Mais comme le rappelait l’article, historiquement Bienne fut rattachée au diocèse de Bâle. Si dans le Jura bernois, à cause de la question jurassienne et d’un complexe d’infériorité, on n’osa pas s’approcher de Bienne, aujourd’hui les mentalités ont évolué.
Or, le poids toujours plus important des Alémaniques de Bienne prépare au pire : une (petite) indépendance du Jura bernois, et par conséquent, la fin de toute existence effective de la communauté romande de Bienne, n’ayant plus la force démographique suffisante vis-à-vis du canton de Berne. Et ceci dans une quasi-indifférence des Romands de Bienne qui s’accrochent à l’acquis.

Hugues Houmard, Bienne

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/5344
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/5344 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.