Mode lecture icon print Imprimer

Edito : Une armée de bon secours

icone auteur icone calendrier 3 juin 2005 icone PDF DP 

Thématiques

La comparaison des programmes d’armement soumis aux Chambres n’est pas très facile d’une année à l’autre. Celui de 2004, refusé en mars 2005, prévoyait un montant total d’achats de 647 millions, dont 129 pour les chars de déminage et 109 pour deux avions de transport espagnols CASA destinés à rendre notre armée autonome pour le soutien logistique de ses missions au Kosovo ou ailleurs. Cet avion n’était qu’un pis-aller : trop étroite, sa carlingue ne permettait l’emport que de petits véhicules légers. Une coalition UDC – pour un programme centré sur la défense des frontières – et socialiste – pour une réduction forte des dépenses militaires – a entraîné l’échec de ce programme.
Aujourd’hui le Conseil fédéral revient à la charge avec un programme d’armement 2005 au montant beaucoup plus élevé, 1,02 milliard exactement. Rien de bien frappant dans ce programme très technique, orienté sur les simulateurs, le matériel de transmission et le remplacement de 35 hélicoptères Alouette 3, vieux de 45 ans, par 20 appareils modernes. Ce programme ne manque pas de logique. Dans une armée moderne, la communication rapide des informations est essentielle ; les simulateurs, coûteux à l’achat, rendent la formation plus efficace et plus rapide, et l’hélicoptère est un moyen de transport dont l’utilité ne se discute pas.
Cependant, la nouvelle mouture ne dit pas comment elle a tenu compte du refus par le Parlement du programme précédent. A croire qu’il ne s’est rien passé. L’armée propose d’année en année des achats et, à moins d’être soi-même un spécialiste de la chose militaire, difficile d’apercevoir la cohérence et la continuité sur le long terme.
En Indonésie, après le tsunami, la fiabilité des hélicoptères de l’armée suisse a été remarquable. Selon tous les témoignages, les performances enregistrées ont été supérieures à ceux de maintes armées de grands pays qui étaient aussi présentes sur le terrain. C’est bien sûr dans cette direction qu’il convient de se diriger et d’investir en conséquence, mais l’armée suisse est pour l’instant incapable de proposer une ligne claire. Dans ces conditions, le refus des programmes d’armement a de beaux jours devant lui. jg

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/5327
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/5327 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.