Mode lecture icon print Imprimer

Saturne : Une revue à risque

icone auteur icone calendrier 12 mars 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Avec en sous-titre les trois mots «vécu, poésie, satire», le nouveau journal d’Ariane Dayer, Saturne, revendique la subjectivité. Pourquoi pas ? Bimensuel décalé pour citadins surinformés, il est destiné à être le troisième ou quatrième journal qu’achète un lecteur, que l’on devine plutôt bobo que prolo, comme on a une deuxième ou une troisième voiture.
Il se laisse admirer, mais se lit vite, très vite, trop vite peut-être. C’est vrai que le format est superbe, le papier magnifique, la mise en page attrayante. Le graphisme est très «qualité suisse» avec cette claire sécheresse, héritière lointaine de Max Bill et de l’école zurichoise.
A journal subjectif, opinion subjective. La partie poésie se compose de quelques jolis dessins élégants et de trois photos pleines pages raisonnablement ambigu‘s ; la partie satire ne nous a arraché aucun sourire. Tout reste de bon ton. Les dessins de Bürki, de Chapatte ou de Barrigue dans nos quotidiens ont souvent une charge infiniment plus féroce que les textes et les dessins un peu appliqués de Saturne.
La section «vécu» apporte un éclairage insolite. Les états d’âme de Christian Coquoz, l’ex-patron de la police genevoise, les petits propos saisis dans la rue sous le titre «urbaines», le portrait de Franck Moulet, vingt jours pour rien dans un pénitencier américain et surtout le très bon papier de Christophe Flubacher autour d’une toile de David, voilà qui est divertissant et bien mené.

Un pari audacieux
Reste l’essentiel : la viabilité économique d’un tel bimensuel. On est dans la catégorie du magazine urbain sophistiqué, tel qu’on en trouve à Paris, New York ou Londres. Dans des métropoles de plusieurs millions d’habitants, il se trouvera bien quelques dizaines de milliers d’amateurs pour ce genre de presse. La Suisse romande et ses 1,6 million d’habitants offre-t-elle un tel réservoir ? L’éclatement cantonal ne simplifie rien. Le journal est visiblement orienté avant tout vers la côte lémanique, ce qui restreint encore son lectorat potentiel. Passé le succès de curiosité du premier numéro, le pari sera difficile à tenir. Parions que Saturne ne tiendra le choc qu’en évoluant très vite et dans une année, ce magazine, s’il existe toujours, sera sans doute différent de ce qu’il est aujourd’hui.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/5287
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/5287 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.