Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Edito : Les étrangers rentrent dans la cité

L’initiative contre le droit de vote accordé aux étrangers dans la nouvelle Constitution vaudoise a échoué. Les opposants étaient peu nombreux, mal organisés et sans soutien politique. L’inscription du droit de vote aux immigrés est sous-tendue par un mélange de remords, de générosité et de désir d’ouverture. Les étrangers adultes sont venus dans notre pays. Ils ont contribué à sa prospérité, payé des impôts, donné plus qu’ils n’ont obtenu et nous sommes d’une certaine manière leurs obligés. L’acquisition de notre bourgeoisie est difficile. En leur permettant de voter, même seulement au niveau local, nous leur rendons ce qu’ils ont apporté (lire en page 3). Voilà pour le remords et la générosité. C’est aussi une manière de montrer que le pays ne se referme pas sur lui-même, que sa culture n’est pas figée dans la peur et sur la défensive. Voilà pour l’ouverture.
Sous un discours moderne, c’est une logique vieille comme les sociétés humaines qui est à l’œuvre, celle du don et du contre-don. La gratuité n’existe pas. Si tu me donnes quelque chose, ton temps, ton travail qui m’a rendu plus riche, alors à un moment ou à un autre je dois te le rendre. Le droit de vote aux étrangers est une restitution symbolique. Et la possibilité de l’accorder sans la citoyenneté marque une évolution majeure de la notion d’identité.
Au début était la cité. Hors des murs rôdaient les barbares. On était membre de la cité parce que depuis des temps lointains, vaguement magiques, la famille avait toujours été là. C’est le droit du sang, toujours à l’œuvre sans nuances jusqu’à une date récente en Allemagne. Ensuite, il suffit d’habiter depuis assez longtemps la cité pour y être accepté, c’est le droit du sol. Autrefois lorsqu’on quittait son pays, il était rare d’y retourner. Avec le xxe siècle, les moyens de transport rapides et le développement des médias, voilà qu’il devient possible de faire des allers et retour, de maintenir des liens avec la terre natale, souvent par sécurité, c’est le temps des doubles nationaux.
Le cœur de l’Europe vit en paix depuis près de soixante ans. Les migrations s’accélèrent, les modes de vie se standardisent. On peut vivre dans un pays, s’y sentir bien et ne pas chercher à en acquérir la citoyenneté. La société d’abondance fait preuve d’une tolérance nonchalante. Les partisans de la tradition sont toujours là bien sûr, mais rarement majoritaires. Les identités sont multiples. Mais un pays ne peut se dissoudre dans un grand tout. Il existe parce qu’il a des limites, un territoire, des frontières. Il y a toujours nous qui tremblons dans les guerres symboliques du football et eux que nous souhaitons battre. C’est un des problèmes de la construction de l’Europe. Le maintien de l’accueil et de l’ouverture n’a probablement un sens que si nous savons aussi où est la frontière.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/5282
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/5282 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP