Mode lecture icon print Imprimer

Marchés publics : Bien choisir pour mieux servir

icone auteur icone calendrier 12 décembre 2003 icone PDF DP 

Thématiques

La législation sur les marchés publics est
considérée comme un progrès. La concurrence ouverte encadrée par la loi
vaudrait mieux que les ententes cartellaires. On connaît la vieille
pratique de «l’ardoise», la répartition des marchés entre toutes les
entreprises présentes dans une région de manière à peu près équilibrée.
Ces manières traditionnelles d’agir, avec parfois un rien de
corruption, étaient un frein indiscutable à l’innovation.
L’ouverture
des marchés publics crée aussi son lot de problèmes. La loi fédérale
indique que «le marché est adjugé au soumissionnaire ayant présenté
l’offre la plus avantageuse économiquement». Encore faut-il s’entendre
sur la définition de l’avantage économique. Généralement les appels
d’offre proposent une batterie de critères avec des pondérations. Ce
domaine très technique peut être lourd de conséquences politiques.
Lorsqu’une
administration achète des meubles ou du papier, il s’agit d’un problème
de gestion interne. Lorsqu’elle achète des tuyaux pour des conduites
d’eau, le problème se complique. Ce choix d’apparence anodin, s’il est
mal effectué, entraînera des geysers à répétition dans les rues des
villes vingt ou trente ans après la pose. Et si l’on passe au choix
d’un consortium pour percer un tunnel, on entre dans un domaine où des
milliards de francs peuvent être en jeu, sans parler de la vie des
ouvriers et des futurs usagers. Dans ce cas, il vaut mieux en effet
choisir au mieux.
Le livre que viennent de publier Jacques Pictet et
Dominique Bollinger a justement cette ambition : apporter des méthodes
et des outils à tous ceux qui doivent effectuer un appel d’offres et
proposer un choix. Certes, Adjuger un marché au mieux-disant n’est pas
à proprement parler un livre de chevet et il vaut mieux avoir une
solide culture mathématique ou statistique pour s’y lancer. Mais c’est
sans doute un ouvrage indispensable si l’on veut mieux utiliser
l’argent public. Notons enfin que l’une des méthodes décrite porte le
nom de Macbeth, mais elle ne recommande pas l’assassinat des
adjudicataires comme critère de choix.

Jacques Pictet, Dominique
Bollinger, Adjuger un marché
au mieux-disant, Presses
polytechniques romandes,
Lausanne, 2003.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/5276
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/5276 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.