Mode lecture icon print Imprimer

Nouvelles technologies: Le vote cybernétique

icone auteur icone calendrier 7 juin 2002 icone PDF DP 

Thématiques

Après le vote par correspondance, voici celui électronique. Sera-t-il le gage
du renouveau de la démocratie directe ou un gadget sans avenir?

Un rapport sur le vote électronique sera discuté au Conseil des États lors de la session d’été des chambres fédérales. Il fait le point de la situation en énumérant avantages et inconvénients dans l’usage d’Internet.
Parmi les aspects positifs, il mentionne une participation facilitée des citoyens et la possibilité donnée à la Suisse de jouer un rôle de pionnier en matière de lutte contre les abus dans ce domaine. Rien de bien enthousiasmant à vrai dire. Le rapport mentionne également parmi les avantages «qu’on en sache plus, avec leur consentement, sur les motifs animant les votants», une sorte de sondage «sortie-des-urnes», en somme.
Comme inconvénients, les problèmes techniques d’identification, afin d’éviter les fraudes, sont bien sûr mentionnés. A cela s’ajoute la fracture numérique entre les connectés et les autres. Le rapport conclut, de façon évidente, que le vote électronique est une affaire complexe – on s’en doutait – et qu’il faudrait procéder par étapes, ce qui n’est pas une surprise. Le document évoque aussi la possibilité de faire signer référendums et initiatives via Internet en remarquant qu’il ne faut pas faciliter à outrance la vie des citoyens si l’on ne veut pas provoquer un engorgement de la machine législative.
Cette remarque a une portée plus générale. L’acte du vote sous-entendait une information du citoyen à travers une campagne et des débats, suivis par un déplacement jusqu’à un local de vote qui donnait au citoyen l’occasion d’une ultime révision. La généralisation du vote par correspondance permet déjà à l’électeur de s’exprimer de manière anticipée, facilement et sans efforts. La symbolique forte de l’acte de voter s’étiole et les campagnes des partis, très étalées dans le temps, se diluent dans l’indifférence.
Le vote électronique, même si on le limite strictement dans le temps, pourquoi pas dans un intervalle de vingt-quatre heures, introduit une dimension presque onaniste. Dans sa chambre mi-close plongée dans la pénombre, l’internaute, hypnotisé par son écran verdâtre, vote au moyen d’une opération semblable à celle de l’affichage d’un jeu vidéo. Le taux de participation y gagne sans doute, mais tout effort disparaît. La démocratie raisonnée s’était transformée en opération émotionnelle avec le développement de la télévision, puis en action pragmatique privée de symboles avec le vote par correspondance ; la voilà qui deviendra un acte compulsif avec Internet. La facilité d’utilisation du réseau risque de dévaluer l’acte fondateur de toute démocratie. jg

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/5219
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/5219 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.