Mode lecture icon print Imprimer

Courrier : Les socialistes genevois oublient la croissance

icone auteur icone calendrier 28 janvier 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Le parti socialiste genevois est peu soucieux de la croissance économique du canton. Son discours sur la question est étonnamment discret. Ce désintérêt procède-t-il d’un choix raisonné ou d’une méconnaissance des mécanismes économiques ? Avec l’année électorale qui s’ouvre en 2005, cette question mérite réflexion.
Le canton de Genève sort de 15 ans de quasi-stagnation du produit cantonal. Dans le même temps, les dépenses de l’Etat ont progressé de manière continue et rapide. Ces rythmes divergents débouchent sur des déficits à répétition et une dette imposante. Ce déséquilibre peut être corrigé par une augmentation des recettes, une diminution des dépenses ou une combinaison des deux. Ce qui est sûr, c’est que ce processus de correction sera d’autant moins douloureux que la croissance du produit cantonal sera forte. Outre de favoriser le financement des activités publiques, une croissance économique forte est le seul garant de la mobilité sociale.
Historiquement, la pensée politique socialiste considérait l’effet bénéfique de la croissance comme une évidence. Ce n’est plus le cas. Aspiré par la rhétorique de l’Alliance de gauche, le PS genevois adopte une vision statique de l’économie avec un gâteau existant qu’il s’agit de partager. Vision encore renforcée par l’influence des écologistes qui, souvent, font rimer croissance avec pollution.
Les conséquences de ce désamour des socialistes genevois pour l’économie sont renforcées par la position ambivalente du parti libéral cantonal. Pour ce parti, la croissance devrait être une évidence. C’est loin d’être le cas. Les forces qui le traversent vont de la défense d’intérêts corporatistes jusqu’à une forme nouvelle de romantisme libéral qui consiste, une fois fortune faite, à se préoccuper beaucoup de la défense de la zone agricole ?
Le PS a ainsi une occasion de renouer avec un discours pro croissance qui le situerait de manière claire dans le paysage genevois.
Défendre la croissance économique pour «sortir par le haut» du déséquilibre des finances publiques et favoriser la mobilité sociale : si ce n’est pas un programme de gauche, alors qu’est-ce que c’est ?

Benoît Genecand, Genève

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/4758
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/4758 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.