Mode lecture icon print Imprimer

Culture : De Laurent de Médicis à Samuel Schmid

icone auteur icone calendrier 9 septembre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Deux nouvelles lois sont soumises à l’examen du Parlement. L’une sur la culture, l’autre définissant la mission de Pro Helvetia.
Dans l’espoir de contribuer au débat et d’éclairer quelques choix essentiels de la politique culturelle, Pro Helvetia a édité un petit glossaire où sont définis une sélection de mots-clé. Son titre : De A comme art à T comme tradition. (Plutôt pâteux, pour ne pas dire comateux ce «comme-art-à-T», l’euphonie ne devant pas être un critère pris en compte à Pro Helvetia).
Le glossaire recense donc quelques mots incontournables, «artiste», «encouragement à la culture», «liberté artistique», les commente dans leur acception générale, mais aussi selon les spécificités suisses et les objectifs de Pro Helvetia.
Silvia Ricci Lempen et Christian Rentsch réussissent à leur honneur cette mission, ô combien périlleuse, qui touche à l’esthétique, la sociologie, le droit constitutionnel. Inévitablement, ils sont conduits à rappeler que l’art est éclaté, qu’il se sert des supports les plus variés, qu’il n’échappe pas à la globalisation des échanges mondiaux. Bref qu’on ne saurait définir abstraitement des critères de légitimité. Par conséquent, ce n’est pas sans tension que l’on peut demander à Pro Helvetia de faire connaître des œuvres suisses représentatives ou identitaires, tout en respectant la totale liberté de création. La dénomination «Pro Helvetia», ringarde, pour désigner une fondation censée repérer et faire connaître les créations les plus novatrices, exprime bien cette difficulté.

Politique culturelle
Même dans un paysage culturel éclaté, des supports essentiels et coûteux doivent être gérés : les bibliothèques, les musées, les théâtres, les orchestres, l’opéra. Ici interviennent les villes, premier soutien de la culture (873 millions) ou les cantons (823 millions, avec l’appui des loteries). En regard, l’apport de la Confédération est modeste : 9% du budget suisse. 210 millions sont notamment alloués à l’Office fédéral de la culture, dont 30 millions vont à Pro Helvetia, qui dispose donc d’un budget extrêmement modeste.
Le glossaire, où l’on trouve ces chiffres utiles, a le mérite de poser des questions pratiques : comment encourager la relève ? Une troupe de théâtre ne peut, par exemple, être jugée sur un seul spectacle. Quel est le temps, non seulement de la création, mais aussi de la confirmation ?
Et enfin, question qui n’est pas éludée, le financement est fait avec l’argent du contribuable. Or les créations culturelles classiques ne touchent que 10 à 15% de la population. Il y a de bonnes réponses à cette objection d’élitisme.
Les choix publics
Les magistrats politiques, en fonction, n’interviennent pas dans les choix des organes culturels. Ils ne veulent pas être soupçonnés d’ingérence étatique. De surcroît la structure fédéraliste multiplie les centres de décision. Et la Suisse n’a pas de capitale (Zurich y prétend peut-être) où se créent, à proximité du pouvoir, les courants novateurs, où s’affirme un style, où naissent les modes.
Cette absence de centre aux effets de résonance devrait être compensée par l’affirmation des choix personnels des magistrats les plus haut placés. Autant il est sain qu’ils n’interviennent pas dans les jugements des jurys, autant il serait souhaitable qu’ils disent qu’à titre personnel et en prenant le risque de le justifier et de l’assumer, ils retiennent et récompensent tel artiste, tel projet.
Dans cette optique, le président de la Confédération devrait avoir à attribuer un million du budget culturel. Cette décision rendue publique avec le cérémonial qui convient serait, démocratiquement, le fait du prince qui atteste que la création culturelle fait partie de la vie de la cité. ag

Silvia Ricci Lempen et Christian Rentsch,
De A comme art à T comme tradition.
Glossaire de la politique culturelle en Suisse.
Editorial d’Yvette Jaggi. Pro Helvetia, 2005.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/4745
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/4745 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.