Mode lecture icon print Imprimer

Edito : Le score et le résultat

icone auteur icone calendrier 20 mai 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Le succès, lors de la votation sur Schengen-Dublin, ne se mesurera pas au résultat, le «oui» l’emportant sur le «non», il dépendra du score, de l’écart creusé, de l’amplitude du «oui».
Quand on recense les soutiens politiques, professionnels, économiques, quand on sait que des cantons conservateurs prendront en compte les intérêts de l’industrie du tourisme, on ne peut qu’escompter une ratification de Schengen par le peuple. Mais la majorité ne saurait suffire. Elle doit être large, pour deux raisons.
Schengen sera suivi d’une deuxième votation, à l’automne, sur la libre circulation des personnes élargie aux nouveaux membres de l’Union européenne. Ce scrutin s’annonce plus difficile et périlleux. La peur de la sous-enchère salariale est réelle. Que gagne un Polonais dans son pays ? Tellement peu qu’un salaire gagné en Suisse, même en dessous des normes de la branche, demeure par comparaison royal. Certes des mesures de surveillance, dites d’accompagnement, ont été prises. Mais la méfiance est perceptible. D’autre part, cette votation difficile aura un autre enjeu. La libre circulation refusée pourrait remettre en cause les premiers accords bilatéraux déjà conclus. Une crise avec l’Union européenne serait ouverte. Ce danger exige qu’une avance forte soit prise lors du vote sur Schengen. La victoire doit être telle qu’elle ouvre la voie pour le deuxième convoi.
Autre raison de vouloir une victoire décisive. L’ambition de l’UDC est d’apparaître comme disposant d’une minorité de blocage, capable de l’emporter au moins dans la majorité des cantons quand le vote est de portée constitutionnelle. Les politologues admettent que lorsque la majorité devant le peuple est de 56% au moins, il n’y a pas de chance qu’une majorité inverse soit exprimée par les cantons.
Ni Schengen, ni la libre circulation n’exigeront la double majorité. Celle du peuple suffira. Mais elle doit faire apparaître que l’UDC ne dispose pas de capacité de blocage. Il faut donc mettre la barre à 60% de «oui». C’est la marge de sécurité d’un pays qui se veut gouvernable. ag

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/4725
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/4725 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.