Mode lecture icon print Imprimer

Edito : Le peuple n’est pas une addition de clientèles

icone auteur icone calendrier 21 mai 2004 icone PDF DP 

Thématiques

La veille des votations, à la radio suisse romande, un débat sur le paquet fiscal. Pierre-Yves Maillard, conseiller national vaudois socialiste, et Wilhelm Schnyder, conseiller d’Etat valaisan (PDC), conservateur, défendaient le refus du projet. Mais l’intérêt de la discussion, c’est que leurs arguments étaient interchangeables ; il n’y avait pas un refus de droite s’ajoutant à un refus de gauche. Il y avait une analyse commune. C’est le conservateur qui soulignait que les déductions pour la famille ne touchaient en fait qu’une minorité de familles aisées valaisannes ; les autres, la grande majorité, n’étaient pas concernées. L’intervention des magistrats cantonaux a donc été décisive ; pas seulement parce qu’ils ont mis en jeu leur autorité de proximité, mais parce qu’ils confortaient la critique de la gauche. Avec un autre regard, ils l’objectivaient. Les slogans traditionnels, style economiesuisse, sont du coup apparus pour ce qu’ils étaient, propagande. Désamorcés par la conjonction inédite des cantons et de la gauche qui sonnait vrai.
La démocratie directe exige des projets équilibrés. C’est la raison d’être des consultations qui sont une exigence constitutionnelle. Il appartient ensuite au Conseil fédéral de trouver le bon dosage, le compromis judicieux, comme l’enseigne notre histoire politique (voir page 2, A trop tirer sur la corde). Or, avant et après les élections, la droite du Parlement, celle qui a élu Hans-Rudolf Merz, a perdu le sens de la mesure. Elle s’est crue maîtresse à bord. Elle a pensé qu’on pouvait décider «entre soi». Pour l’AVS et le paquet fiscal, elle a faussé les projets gouvernementaux. Elle a cru satisfaire des clientèles. Le peuple n’a pas aimé. Le peuple n’est pas une addition de clientèles.
L’erreur, notamment celle du Parti radical, fut d’interpréter les succès de l’UDC comme une poussée du néo-libéralisme. Certes l’UDC à toute occasion affiche son anti-étatisme, sauf dans le secteur agricole. Mais il y a maldonne sur l’origine de ses succès. Ils sont dus d’abord à ses positions contre l’Europe, contre les immigrants. Fondamentalement, son électorat est conservateur ; si la majorité de droite du Parlement le croit néo-libéral, elle est en porte-à-faux.
Quel compromis à partir de ce triple non ? Fiscalement, il faut choisir résolument l’imposition individuelle du couple et pour cela vaincre la résistance de l’administration. Cela prendra du temps. Dans l’immédiat, la politique de la famille peut se concentrer sur le soutien aux enfants. Les possibilités sont nombreuses : déductions en francs sur le bordereau, ou allocations familiales élevées, ou prise en charge des primes d’assurance maladie. Pour l’AVS, un retour au compromis antérieur est peut-être possible : retraite flexible contre retraite à 65 ans pour tous.
Le point sensible demeure la TVA. La droite économique et politique y demeure farouchement opposée ; l’extrême-gauche la combat et met sous pression un Parti socialiste peu motivé. Or elle demeure indispensable au financement de la politique sociale ; de surcroît nous aurons peut-être un jour à nous aligner sur les minima européens. Au-delà du problème immédiat de l’AI, c’est un thème central qui exige des partis gouvernementaux discussion et positionnement.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/4643
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/4643 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.