Mode lecture icon print Imprimer

LAMal : Le préalable statistique

icone auteur icone calendrier 5 mars 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Pascal Couchepin a annoncé ses orientations : il ne révisera pas globalement la LAMal, redoutant le cumul des oppositions ; il agira ponctuellement. Au programme on retrouve, entre autres, la suppression de l’obligation de contracter imposée aux caisses d’assurance maladie. Avant de reprendre le débat sur le fond, il faut, à la lumière des premières expériences faites, notamment celle du moratoire de trois ans bloquant l’ouverture de nouveaux cabinets médicaux, souligner l’importance d’un préalable, dont on peut craindre qu’il ne soit négligé.

Une planification nuageuse
Quand la Confédération décide de planifier l’offre médicale, elle est dans l’incapacité d’agir par ses propres moyens. Trop loin du terrain. Donc elle délègue l’application aux cantons. Ainsi pour le moratoire, les cantons devaient définir les critères autorisant les exceptions à l’interdiction de s’installer, en fonction des besoins de la population. Les cantons ont vite découvert qu’ils étaient mal équipés pour le faire isolément, car les besoins sont régionaux, même en se limitant au secteur ambulatoire. Et la région de recrutement de la clientèle est d’autant plus grande que le degré de spécialisation médicale est élevé. De même avant l’échec du projet de révision de la LAMal en votation finale, les Chambres avaient prévu que les cantons définiraient l’offre médicale nécessaire ; les caisses auraient été libérées de l’obligation de contracter seulement pour la différence entre les besoins reconnus et validés et le nombre des médecins réellement installés. Mais personne ne se souciait de la manière dont les bases statistiques seraient établies. Aux cantons de se débrouiller.

Moutons noirs
La suppression de l’obligation de contracter, dit Pascal Couchepin, ne touchera que le 1% des médecins (sur quelles bases reposent ses statistiques à lui ?), décrits comme des moutons noirs. Mais une décision aussi grave, économiquement et socialement, que la mise à l’index par une ou des caisses importantes exigerait dans un Etat de droit de sérieuses garanties : selon quelles normes la décision est-elle prise ? Quelles possibilités de la contester, quant aux faits, quant à l’interprétation du droit ? Impossible de s’en remettre sans autre, à la seule appréciation des directeurs de caisse. A ce que l’on sait, aucune approche juridique n’a été menée avant que ne se prennent de telles décisions à l’emporte-pièce.

Nota Bene
Encore des statistiques. Les autorités universitaires alémaniques ont décidé de maintenir le numerus clausus pour les étudiants en médecine. Les inscriptions seraient à 149% des capacités de formation. Mais capacité actuelle de formation et besoins futurs sont des notions différentes. Déjà la pénurie est sensible dans certains secteurs. Il y a la planification immédiate et la planification à moyen terme. Qui se soucie d’adapter la première aux exigences de la seconde ?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/4622
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/4622 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.