Mode lecture icon print Imprimer

Une caste auto-pourvoyeuse

icone auteur icone calendrier 18 mai 2001 icone PDF DP 

Thématiques

Les administrateurs de société ont la cote, non pas celle de la bourse, mais celle de l’attention publique critique. Les remises en cause sont multiples. Est visée la multiplication des mandats, ce qui est cause ou d’inefficacité ou d’absence de contrôle, notamment pour les sociétés type boîte-aux-lettres par où passent la fraude fiscale et le blanchiment (lire en page 5 la note sur Peter Hess, dans ce même numéro). Sont critiquées aussi l’absence d’indépendance, la rétribution et d’une manière générale la confidentialité qui protège ce milieu.
Mais les administrateurs ne sont pas seuls. Souvent, ils prospèrent en interdépendance avec la direction générale. Les avantages, réciproquement concédés, révèlent la constitution d’une véritable caste où les administrateurs veulent étendre les garanties qui ordinairement sont celles des salariés même ceux du plus haut niveau, où de son côté la direction générale salariée veut obtenir des rétributions semblables à celles des propriétaires de la société, c’est-à-dire les actionnaires. Examinons les caractéristiques de cette caste.
Elle se coopte. Il ne s’agit pas seulement de participations croisées (tu viens chez moi et en échange tu m’invites chez toi), mais du glissement des présidents de direction vers le conseil d’administration. Le comble de la confusion est, dans ce domaine, le cumul des fonctions : président du Conseil et administrateur délégué, comme au Crédit suisse.
Deuxième caractéristique : les administrateurs négocient des contrats qui les protègent. Avec qui les négocient-ils ? Avec le conseil d’administration ! Ces contrats sont secrets. Mais on découvre qu’ils prévoient des indemnités de licenciements ! La rigueur voudrait que les règles du mandat d’actionnaire soient préétablies, connues et approuvées par les actionnaires.
Troisièmement, les administrateurs fixent eux-mêmes les règles de leur rétribution, comme de nombreux exemples l’ont illustré : Banque cantonale de Zurich, UBS, ect. Même remarque critique.
Quatrièmement, la direction générale est associée à la répartition du bénéfice, pour des montants qui peuvent être parfois dans le secteur bancaire un multiple du salaire par ailleurs plus que confortable. Ce n’est plus la prime au mérite, mais un droit de copropriétaire.
L’obligation de publier la rétribution des administrateurs (c’est ce que demande la motion du Vaudois Pierre Chiffelle au Conseil national) serait un premier pas vers la transparence dont se réclame le libéralisme. Mais la caste suisse a conservé l’esprit des anciennes corporations : le libéralisme pour les affaires, mais pas pour ses privilèges. AG

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/4439
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/4439 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.